Bilan et impressions sur le Chili : 18 jours entre montagnes et déserts

Bilan et impressions sur le Chili : 18 jours entre montagnes et déserts

Le Chili est tellement vaste que nous ne l’avons pas exploré comme il le mérite, « seulement » 18 jours pour l’explorer en trois parties : le Nord, le Centre et le Sud !

C’est un pays tout en longueur : 4300 km de long pour 180 km de large en moyenne, il est donc 23 fois plus long que large, et s’étend sur 39 degrés de latitude (équivalent à la distance entre la Norvège et le Sahara !). Il offre en outre une grande diversité de paysages. Du désert d’Atacama au Nord, le plus aride du monde, jusqu’aux glaciers de la Patagonie dans le Sud, avec d’un côté le Pacifique et de l’autre la cordillère des Andes. N’oublions pas l’Île de Pâques qui fait partie du Chili depuis 1888. Le pays partage ses frontières avec le Pérou, la Bolivie et l’Argentine. Son littoral, qui borde presque entièrement l’océan Pacifique affiche une impressionnante longueur de 5338 km ! Bref, un bien grand pays tout de même !

Itinéraire

Nous avons visité le Chili en même temps que l’Argentine, avec un un itinéraire « ping pong » entre les deux pays (Du Sud au Nord) :

Voir en plein écran

Les incontournables

Clairement pour nous LA pépite du Chili c’est la Région de San Pedro de Atacama. La ville en elle-même n’est pas très attirante, mais les alentours sont juste splendides. Un coup de cœur !

On a bien aimé découvrir les villes de Santiago et de Valparaiso, sans « Whouao effect » pour autant. La capitale est belle (notamment la Plaza del Armas), mais ne nous a pas donné envie de rester plus que 1 ou 2 jours. Quand à « Valpo », c’est un peu un « diamant brut » : ville très contrastée, royaume du street art, mais avec un côté « off » très pauvre et « brut de fonderie » pas forcément très accueillant.

Enfin, la Patagonie, c’est aussi un gros coup de cœur. Entre les volcans et les parcs naturels du côté de Pucon, et le vaste parc national de Torres Del Paine qui offre de magnifiques montagnes et glaciers, nous avons été conquis ! Petit « mauvais point » cependant pour Torres Del Paine, un parc (en partie) privé et difficile d’accès, rendant cette destination bien trop chère pour les backpackers ! Le fjord de Puerto Natales (point de départ pour aller visiter le parc) est majestueux !

Parmi les coins qu’on a manqué, mais qui valent probablement le détour :

  • L’île de Chiloé, et ses églises en bois
  • L’ile de Pâques, et ses fameuses statues
  • La Carretera Austral : une route de 1240 km qui sillonne la Patagonie entre les villes de Puerto Montt et de Villa O’Higgins

Climat & saisons

Le Chili s’étend du Nord au Sud du 17e au 56e degré de latitude Sud ce qui explique des variations climatiques extrêmes.

  • Au Nord, l’air est asséché par la masse froide du courant de Humboldt, qui longe la côte, et le peu d’humidité produite reste bloquée sur les flancs des montagnes côtières. Conséquence : l’immense désert d’Atacama est le plus sec du globe (mais pas le plus chaud).
  • Au centre, en-dessous de Santiago, la journée il peut faire très chaud. Attention, contrairement à l’Europe, la température atteint sont apogée vers les 14-15h ! Il faut donc se méfier. Sur la côte Ouest, et Valparaiso compris, il ne fait pas très beau le matin.. Ça se lève davantage vers 12h. La journée, il plane souvent une espèce de brume…
  • Au Sud, on retrouve un climat très « patagonien » : une météo qui change très vite, avec pluie, vent, soleil…
  • La région des lacs (Pucon) connait un climat océanique assez pluvieux (un peu moins en été), ce qui permet l’émergence d’une végétation luxuriante (grands arbres et forêts touffues).

Enfin, le Chili étant situé dans l’hémisphère Sud, les saisons sont inversées par rapport à l’Europe : c’est l’hiver en juillet-août ; et l’été en janvier-février.

De ce fait, la meilleure période pour y venir dépends surtout de la zone que vous allez visiter :

  • Au Nord du Chili : de décembre à mars, pendant l’été austral.
  • Au centre du Chili, et notamment à Santiago : au printemps et à l’automne.
  • Au Sud du Chili et en Patagonie : entre la fin du printemps et le début de l’automne, soit de fin novembre à début mars.
  • Sur l’île de Pâques : de novembre à mai.

Les paysages

Le Chili (et ses possessions) concentre presque tous les biotopes de notre planète, d’où une diversité de paysages assez incroyable.

Des paysages lunaires au Nord …

À partir du pittoresque village de San Pedro de Atacama, il relativement facile d’accéder aux paysages lunaires des hauts plateaux, au spectacle unique des salars et des geysers, ou encore de pratiquer l’astronomie. En allant vers le Sud, on traverse vallées arides et oasis, sites archéologiques, anciennes usines de salpêtre, mines de cuivre ou d’or pour arriver à Elqui, où il est possible de déguster l’alcool local, le Pisco.

Au centre, la capitale Santiago et ses vignobles alentours accueillent la moitié des 16 millions d’habitants du pays. Son rythme effréné et sa joyeuse vie nocturne contrastent avec la nature sauvage du reste du territoire. A moins de deux heures de route, on plonge dans l’univers de Valparaiso, capitale culturelle du Chili (dont le centre est classé à l’Unesco).

… aux montagnes, lacs et glaciers du sud

Plus au Sud, le paysage se transforme radicalement. L’eau qui manque cruellement au Nord est omniprésente au Sud, sous formes de lacs, rivières, glaciers. Les activités ne manquent pas : ski sur les pentes du volcan Villarica, trekking au cœur des parcs nationaux, rafting, VTT, randonnées à cheval, pêche en rivière dans des zones sauvages et reculées, thermes… . Aux portes de la Patagonie, l’île de Chiloé présente quelque 300 églises de bois inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Depuis Puerto Montt, l’aventure de l’incroyable Carretera Austral commence, jusqu’à Villa O’Higgins au cœur de la Patagonie chilienne. A Punta Arenas, à l’extrême Sud du Chili, il est possible de naviguer jusqu’en Antarctique mais aussi de visiter les îles alentours où se trouve l’une des plus grandes colonies de pingouins Magellan au monde (plus de 150 000). Puerto Natales permet de rayonner dans la région et d’admirer les paysages de Torres del Paine, les glaciers Balmaceda et Serrano, le lac Grey.

Bref, vous l’aurez compris, le pays regorge de paysages incroyables…

La faune et la flore

La star du chili, c’est le flamant rose ! D’ailleurs les couleurs du drapeau Chilien (Rouge Blanc Rouge) ont été inspirées par la robe de ces derniers…

Attention toutefois à ne pas vous tromper, il en existe 6 types différents !

Au Chili, ce sont surtout les flamants roses, du Chili, de James et des Andes que l’on peut voir.

Pour le reste des animaux rencontrés, l’autre vedette ce sont également les Lama / Alpaga (pour la différence entre les deux, on vous laisse relire notre bilan sur l’Argentine !).

Enfin côté « maritime », on retrouve sur la côte une impressionnante faune que nous n’avons pas eu la chance d’observer… Baleines, orques, dauphins, vérifiez vos saisons avant de partir si c’est pour vous un point important. On a tout de même pu voir des lions de mer, des pélicans, etc.

Enfin, côté flore, on trouve bien sur de nombreux cactus, des forêts d’araucarias, et pleins d’arbustes et buissons qu’on ne serait pas trop capable de nommer / identifier…

La nourriture

Concernant la nourriture, celle-ci est relativement décevante. En comparant avec l’Argentine, le gap est assez grand ! La culture sandwich est très présente (y compris au petit-déjeuner). Il faut savoir que les Chiliens mangent 4 fois dans la journée : le matin (le desayuno), le midi (almuerzo, vers 13h), leur sorte de goûter (la once, vers 17h), et enfin le dîner (la cena, vers 21h30-22h).

Pour plus d’info sur la « gastronomie » chilienne, c’est ici !

Les transports et logistiques

Au Chili, il y a un très bon réseau de bus. Plusieurs compagnies de bus relient toutes les grandes villes. Contrairement à l’Argentine les prix sont bien moins élevés. Les conducteurs sont même contrôlés sur leur vitesse, avec un panneau dans le bus indiquant la vitesse (et appellant à la dénonciation si le chauffeur roule trop vite !).

En centre ville, il est possible de se déplacer en “collectivo” ou “micro” qui sont tous simplement les bus locaux.

Les chiliens

Le Chili est peuplé par 17 millions d’habitants, dont plus de 5 millions vivent dans la capitale Santiago.

La population chilienne descend majoritairement des Européens, principalement des Espagnols (Basques et Castillans). Il y a aussi des descendants d’immigrants britanniques et irlandais, on note également une influence allemande dans le sud du pays. Selon le recensement de 2012, 11,1 % de la population chilienne était amérindienne.

Certaines régions ont une identité culturelle plus forte que d’autres. Celles du nord sont marquées par l’influence des peuples amérindiens andins et le catholicisme. Un peu plus au sud, dans la région de l’Araucanie, c’est la culture Mapuche qui est plus importante. Encore plus au sud, c’est l’influence allemande qui se fait sentir. L’île de Chiloé a quant à elle sa propre identité. Tout comme l’île de Pâques qui a su conserver sa culture polynésienne.

La société chilienne est une société où les classes sociales sont encore très présentes, et ne se mélangent pas beaucoup. Il y a de très grandes disparités entre riches et pauvres, ils ne vivent pas dans les mêmes quartiers…

Et pour finir, le moment « culture confiture » !

Les chiliens aiment bien jouer aux machines à sous. Il y en a un peu partout. Et même une petite ville possède un Casino !

Les Chiliens ont un rapport à la mort intéressant. D’ailleurs leurs cimetières prennent la forme de petits villages avec des petites maisons colorées pour y placer les défunts.

L’histoire du Chili est vraiment captivante. N’hésitez pas à relire notre article sur Santiago pour un petit rafraichissement ;)

Les Chiliens (et même les Sud-Américains en général) adorent regarder la même série qui passe depuis des années tous les week-ends . “El Chavo del 8“. C’est un peu l’incontournable du week-end que l’on retrouve sur pas mal de poste de TV.

Enfin, nous avons remarqué que dans toutes les villes, on retrouve les mêmes noms de rues. Rien que pour vous, nous avons fait notre enquête pour savoir ce que ça signifiait :

  • O’Higgins : celui qui a libéré le Chili avec l’aide de l’Argentin “San Martin”
  • “Arturo Pratt”, “21 de Mayo” et “Esmeralda” : Arturo Pratt est le martyr de la bataille du Pacifique qui opposa le Chili contre le Pérou et la Bolivie le « 21 Mai” 1879 avec le bateau “Esmeralda” qui sombra.

Vous l’aurez compris, un bien beau pays dans lequel nous devrons revenir ! ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.