Premiers pas au Pérou : Cuzco et la vallée sacrée

Premiers pas au Pérou : Cuzco et la vallée sacrée

Cette partie de notre voyage a été réalisée en avril 2018

Bien que le lac Titicaca soit à cheval sur la frontière entre la Bolivie et le Pérou, c’est par la route que nous quitterons la rive Bolivienne du lac, en bus de nuit. La frontière est située juste après Copacabana, c’est donc en un rien de temps que nous voilà au Pérou ! Nouveau tampon dans le passeport, changement d’heure (-1h par rapport à la Bolivie), et c’est parti pour une nouvelle aventure !

Depuis le lac Titicaca, nous décidons d’aller directement à Cuzco et faisons l’impasse sur Puno, un village au bord du lac côté Pérou, qui permet d’aller voir des îles flottantes (pas le dessert hein…) faites de roseaux. Nous avions lu de bonnes et de mauvaises choses sur cette étape, et nous n’avions pas envie de revivre l’exploitation des tribus locales pour les touristes, qui nous avait déjà interpellé au Lac Inle en Birmanie.

Nous arrivons à Cuzco (ou Cusco en Espagnol péruvien, qui semble être l’écriture officielle) au petit matin, et malgré la courte nuit que nous avons passé, nous décidons de remonter à pied depuis le Terminal de bus jusqu’au centre historique, La Plaza del Armas. 30 minutes plus tard, nous arrivons sur cette magnifique place quasiment vide (il est 5h30 environ), un moment magique. Après avoir profité de ce moment de quiétude, nous larguons les bagages à l’auberge et partons à la recherche de la boulangerie « Qosqo Maki » réputée pour ses pains au chocolat délicieux ! Après plusieurs mois passés loin de la France, on peut vous dire que cette petite tranche de bonheur à 1,8 soles (0,5€) nous a fait bien plaisir (vous n’imaginez même pas) !

Au total, nous avons passé 10 jours à Cuzco et ses environs, mais avec le recul nous aurions pu rester un peu plus encore. Cette région est magnifique, la ville est belle et on s’y sent vraiment bien !

Il est nécessaire de prendre au moins 2 jours d’acclimatation avant de commencer une activité à Cuzco (située à 3 399 m d’altitude), et bien que un jour pourrait suffire, c’est le temps recommandé par les médecins pour une bonne acclimatation. La vallée des Incas, située en moyenne à 2 800 m d’altitude, est le meilleur endroit pour s’acclimater avant de visiter Machu Picchu.

Cuzco

Quelle agréable surprise que de déambuler dans cette ville où l’on respire, avec de belles zones piétonnes. Nous pensions trouver une grosse ville polluée et un peu moche, mais la place centrale est incroyable et les petites ruelles aux pierres incroyablement taillées par les Incas donnent vraiment envie de s’y perdre !

Pour l’histoire, Cuzco fut la capitale des Incas. Fondée vers le 11ème siècle, elle voit se succéder douze souverains Inca et la constitution d’un empire qui à son apogée s’étend sur le Pérou (son berceau originel, avec le lac Titicaca), la Bolivie, l’Équateur et une partie de la Colombie, de l’Argentine et du Chili. Au 15ème siècle commence une guerre civile qui signe le déclin de l’empire, dont profiteront les conquistadors espagnols (en particulier Francisco Pizarro) : la cité est mise à sac, la plupart des temples Inca détruits, et les fondations imposantes en granite servent à reconstruire des bâtiments chrétiens (églises, etc…). Aujourd’hui encore l’église de Santo Domingo repose sur les fondations de granite de l’ancien Temple du Soleil.

Histoire mouvementée donc, même si Cuzco a toujours joué un rôle économique majeur. Carrefour de l’axe économique transandin, la ville prospère grâce aux mines de Potosi, mais décline au milieu du 19ème siècle avant de connaître un nouvel essor avec la découverte du Machu Picchu (en 1911, par l’archéologue américain Hiram Bingham) et le développement du tourisme.

Cuzco conserve encore en partie son architecture Inca : elle était divisée en 4 quartiers d’où partaient 4 routes principales desservant les 4 grandes provinces du royaume Inca.

Il s’agit bien sur d’une ville très touristique mais elle vaut vraiment le coup de s’y attarder et d’y prendre le temps.

Nous n’avons pas vraiment visité les nombreuses églises et monastères (vestiges de la colonisation espagnole, tous payants bien sur), mais le free walking tour (et oui encore un !) permet d’aller au marché, de découvrir les ruines Incas dans la ville, de connaître un peu l’histoire de cette cité Incas prise par les espagnol en 1534. Une fois de plus, on le recommande donc.

Quelques photos des principaux sites de la ville

Plaza Del Armas

Vers le marché San Pedro

L’église Santo Domingo, construite au dessus du temple du soleil

Le monastère Santo Domingo

Dans les ruelles de la ville…

Autour des nombreuses ruines de temples Incas

Plaisirs culinaires

Nous ne le savions pas encore mais Cuzco restera une ville où on se sera bien fait plaisir ! Entre les crêpes et galettes de La Bo’M, les pains aux chocolats de Qosqo Maki, la Panaderia de San Blas, les durum aux falafel du Marché de San Blas, et encore d’autres joyeusetés, on s’est regalé ! Au restaurant, la spécialité du coin c’est le « cuy » grillé, sorte de petit cochon d’inde servi entier dans l’assiette (avec la tête…). C’est une viande très fine dont le goût est proche du lapin !

Cerise sur le gâteau : l’auberge La Bo’M

Après une première expérience peu satisfaisante d’Auberge (Hostal Kurumi), nous avons opté pour l’auberge « La Bo’M » tenue par une française. En plus d’être une auberge de jeunesse, c’est aussi une crêperie ! Et ça, ça a clairement fait pencher la balance ! On se sentait vraiment « comme à la maison », super endroit que l’on recommande fortement !

 

La Vallée Sacrée des Incas

La visite majeure à Cuzco, c’est la Vallée Sacrée des incas ! Située entre Písac et Ollantaytambo, traversée par la rivière sacrée Urubamba, la vallée regroupe de nombreux sites archéologiques Incas.

Nous souhaitions visiter plusieurs sites, dont ceux de Maras et des Salinas, mais cela implique d’y aller en taxi (ce qui revient à cher). Malgré nos mauvaises expériences passées, nous avons tout de même pris un « tour à la journée » afin de visiter une majorité de sites. Journée marathon en perspective !

Chinchero

Nous avons d’abord visité le village de Chinchero… sous une pluie froide. Le site est très joli, avec toutes les terrasses autour. Mais honnêtement, entre la pluie et les nuages, nous n’y avons pas vraiment pris de plaisir. De plus, notre guide nous a ensuite emmené dans une boutique à touristes avec démonstration de tissage et vente de vêtements, tissus et autres souvenirs.

Moray

Puis direction le site archéologique de Moray. La pluie est partie, le froid est toujours là mais on se décrispe un peu. Ce lieu est vraiment impressionnant et intéressant. Il s’agit d’une construction en terrasse circulaire sur plusieurs niveaux, découvert en 1930, creusés dans 3 petits cirques naturels. Les spécialistes estiment qu’ils s’agissait de centres de recherches agronomiques. Les Incas se servaient de ces amphithéâtres pour simuler différents microclimats au gré des 10 panneaux concentriques, la température étant plus chaude en bas au centre et de plus en plus fraîche à mesure que l’on s’éloigne en remontant. C’était en fait un grand laboratoire agronomique à ciel ouvert ! Très malins ces Incas, non ?

Salinas de Maras

Puis nous avons pris la direction des Salinas de Maras. En chemin, une jeune fille monte dans le bus pour nous faire goûter un alcool local à base d’anis, pour nous « réchauffer ». Bon bien-sûr elle espérait bien en vendre une bouteille ou deux, mais comme vous pourrez le constater à la tête de Ju sur la photo, c’était pas vraiment à notre goût :)

Les Salinas de Maras c’est en fait 4000 salines en terrasse, des bassins ou le sel se cristallise à flan d’une vallée où s’écoule un rio salé. Comme nous y étions à la fin de la saison des pluies, le site n’était pas aussi blanc qu’en saison sèche (où apparemment le site est d’un blanc étincelant). Chaque petite parcelle appartient à une famille qui possède le droit de l’exploiter. Site très photogénique, ce qui implique évidemment une forte présence de touristes…

Ollantaytambo

Après une pause déjeuner dans le village d’Urubamba (un restaurant pour touriste où on se sert au buffet), nous reprenons la route vers Ollantaytambo. C’est d’ici notamment que part le train pour le Machu Picchu, mais pas que. En effet, dans ce petit village se trouve un site tout à fait exceptionnel et… haut : la forteresse d’Ollantaytambo. Elle est plutôt bien conservée et est formée de blocs de pierre taillés et assemblés entre eux afin de former des terrasses. En 1995, cette ville a été déclarée « Capital mundial de la Indianidad » en raison de la présence de l’imposante forteresse Inca qui surveillait le chemin du Machu Pichu. Elle domine en effet les 3 vallées, au dessus du rio Urubamba. Nous n’en revenons toujours pas de la taille des pierres…

Au delà des ruines, le village d’Ollantaytambo est la seule agglomération au Pérou à avoir conservé intact son plan Inca ! Les demeures coloniales se sont appuyées sur les soubassements d’origine sans modifier le tracé des ruelles pavées. Sur le côté on trouve encore la rigole originelle d’évacuation des eaux. Nous ne sommes malheureusement resté que 30 minutes sur le site, ce qui est bien trop peu tellement le site est incroyable…

Pisac

Nous avons terminé notre visite marathon par la visite du site archéologique de Pisac. Nous étions quasiment le dernier groupe à arriver avant la fermeture. Une fois de plus, le site est immense et est aussi composé en terrasses. Nous n’y sommes restés malheureusement que trop peu de temps pour contempler les lieux comme nous l’aurions souhaité. Notre guide nous a toutefois raconté l’histoire de ce lieu mystique (on retrouve un certain nombre de tombes ouvertes dans la roche à flanc de montagne).

Puis nous avons fini par le détestable mais immanquable stop à touriste dans le village de Pisac, réputé pour ses bijoux en argent et ses pierres taillées. Il est même possible de se faire prendre en photo avec un bébé lama, comme partout dans cette région, moyennant paiement bien-sûr ! Et c’est de nuit que nous sommes revenus à Cuzco !

Globalement nous avons passé une super journée. Le rythme était plutôt soutenu, mais c’est un bon compromis quand, comme nous, on manque de temps pour pouvoir aller apprécier par soi-même les sites Incas reculés. Cela dit si c’était à refaire, nous chercherions à partager un taxi à plusieurs histoire de pouvoir passer plus de temps sur les sites majeurs (et moins perdre de temps dans les attrape-touristes…).

Après cette introduction à l’empire Inca, nous partons découvrir les plus belles ruines d’entre toutes : le Machu Picchu…

4 réactions au sujet de « Premiers pas au Pérou : Cuzco et la vallée sacrée »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page