A la découverte des îles sur le Lac Titicaca

A la découverte des îles sur le Lac Titicaca

Cette partie de notre voyage a été réalisée en avril 2018

Après avoir passé 3 jours à La Paz, la capitale la plus haute du monde, nous partons en direction de notre dernière étape en Bolivie : le lac (navigable) le plus haut au monde, le lac Titicaca. Situé à 3 812 m d’altitude et d’une superficie de 8 372 km², il est traversé par la frontière entre la Bolivie et le Pérou. Il est si grand qu’il est difficile de s’imaginer qu’il s’agit d’un simple lac et on a vite fait de le confondre avec la mer. Retour à la nature, aux grands espaces, à l’air pur et au soleil ! Un cocktail qui nous a fait le plus grand bien.

Le lac Titicaca, ce nom fait rire plus d’un enfant et rêver plus d’un adulte ! C’est plus exactement à Copacabana que nous avons posé nos valises. Le nom de cette petite ville bolivienne évoque souvent la très fameuse plage brésilienne, mais c’est bien d’ici que vient le nom… Le trajet en bus se fait facilement, avec comme originalité sur le parcours la traversée du détroit de Tiquina : on descend du bus pour embarquer sur un petit bateau pendant que les véhicules traversent sur un bac. Pour autant, nous avons constaté avec grande tristesse les innombrables déchets le long de la route pour rejoindre les rives du lac…

Copacabana

L’ambiance qui règne à Copacabana est tranquille, paisible, mais ce village est aussi clairement orientée vers le tourisme. Surtout lorsqu’on s’approche du petit port. Là, dans la rue principale qui mène au Lac Titicaca (la rue “6 de Agosto”), c’est bondé de restaurants pour touristes, ces derniers étant posés là à siroter des cocktails ou à bronzer depuis les terrasses en admirant la vue… Les commerçants ne sont pas forcément souriants et tout est très cher. Le clou du spectacle, ce sont ces centaines de pédalos en forme de canard qui attendent d’être loués… Pas vraiment ce à quoi nous nous attendions pour être honnêtes.

Par ailleurs, le village se situe également à quelques minutes de la frontière entre le Pérou et la Bolivie, c’est donc selon nous un endroit stratégique pour faire une halte quand on passe d’un pays à l’autre, et pour visiter l’Isla del Sol, mais cela ne vaut pas le coup de rester trop longtemps.

La Cathédrale de Copacabana

La place centrale et la Cathédrale de la ville sont d’un blanc éblouissant, avec une esplanade immense. Étrange pour un si petit village… L’intérieur est également impressionnant (interdiction de prendre des photos). Tous les jours en face de la cathédrale, des voitures se font bénir par la vierge de la Cathédrale ! Il y en a parfois tellement que toutes les routes de la ville sont bloquées…

Le sommet Calvario

Non loin de là, il est possible de monter au sommet Calvario. Depuis le haut, on domine toute la ville et on a même un point de vue sur le Lac Titicaca. Mais un « sommet » comme celui-ci, à presque 4000 mètres d’altitude, ne se grimpe pas les doigts dans le nez. A 30 minutes du coucher du soleil, le jour de notre arrivée, nous nous sommes mis en route histoire d’observer le soleil disparaitre dans les eaux du lac. Sur le chemin à peine balisé, à travers la colline et suivi par un chien errant, on peut vous dire que la respiration était courte et le cœur battait la chamade !

Nous sommes arrivés juste à temps pour profiter du spectacle. D’ailleurs, pour ceux qui n’auraient pas le courage (ou le temps !) de monter jusqu’à la pointe, il existe apparemment un point de vue à mi parcours. Évidemment on conseille d’aller jusqu’en haut, la vue en vaut la peine ! Enfin, sachez qu’il existe un chemin en escalier bien plus praticable que la montée à travers la colline.

Nous avions réservé un hôtel un peu insolite pour l’occasion (Hotel Las Olas), avec en prime une cheminée ! Quel bonheur ! C’est donc au près du feu que nous avons passé la soirée.

Les îles du lac Titicaca

Le point phare de la « visite » du lac Titicaca est l’Isla del Sol (l’île du Soleil). Il est en effet possible d’en faire le tour afin d’admirer les paysages de la Cordillère Royale en fond, et les ruines présentes sur l’île.

Tous les jours des bateaux quittent Copacabana à 8h30 et 13h30 en direction de l’île. Ils mettent entre 1h30 et 2h à rejoindre le port du sud de l’Isla del Sol. Il est possible d’acheter ses tickets la veille ou juste avant le départ.

La visite la plus intéressante sur l’Isla Del Sol est de suivre le chemin des Crêtes, du Nord au Sud de l’île. Mais depuis 2017 couve un conflit entre les différentes communautés présente sur la question du tourisme et de ses retombées financières. De ce fait, le Nord de l’Ile était désormais interdit aux touristes. Il est toutefois encore possible de se rendre sur l’île sur sa partie Sud. L’île disposant d’hébergements, il est possible d’y séjourner. Nous ne l’avons pas fait mais c’est certainement une erreur car le temps sur place est trop court sinon, les bateaux repartant dès 15h.

Isla de la Luna

Le circuit de visite inclut souvent comme « étape » l’Isla de la Luna. Nous embarquons donc avec une trentaine d’autres touristes pour 1h30 de bateau. Le lac est relativement calme. La Cordillère Royale au fond est incroyable, le paysage est superbe.

La principale activité de l’île est la visite de ruines Incas. Mais à peine lancés sur l’unique chemin permettant de monter sur l’île, deux locaux arrêtent les touristes et demandent de payer 10 Bol par personnes (5 Bol pour les locaux). Nous sommes conscients que le tourisme est important pour conserver les monuments, mais sur le coup nous avons vraiment l’impression d’être « coincés » sur cet unique chemin permettant de se promener sur l’île. Nous négocions de payer 5 bol et passons, pour finalement arriver sur le site des ruines qui est très clairement délimité par des grillages (autant dire que l’endroit du « check-point » a été clairement choisi comme droit de passage et pas comme droit d’entrée au site des ruines). A part ces quelques ruines, le paysage en haut de l’île et un vendeur de sandwich, il n’y a rien de fou ici. Et pourtant nous y sommes restés 1h30 !

Isla del Sol

Nous reprenons le bateau durant 30 minutes en direction de l’Isla del Sol. Nous avions lu qu’il était possible de suivre un chemin remontant l’île pour une rando de 1h30 d’un point à un autre. Mais un « faux » guide monté dans le bateau sur l’Isla de la Luna nous demande de payer 30 Bol pour cela ! Apparemment il est « obligatoire » d’avoir un guide pour cette rando. Encore une arnaque à touristes. On commence à fulminer un peu… Nous restons dans le bateau et 3 personnes descendent à ce fameux point de départ, puis nous continuons vers le port du Sud de l’Ile.

Arrivé au port, rebelotte, un comité d’accueil demande 10 Bol par personne pour poser le pied sur l’Isla del Sol. Et en plus on nous dit que nous n’avons que 1h30 pour visiter l’ile (au lieu de 3h promis) ! Difficile de cacher notre déception…

On profite donc du temps imparti pour visiter l’île. Nous montons en direction du sommet par un escalier Inca très pentu qui nous mène vers le haut de la colline et les points de vue. Mais le temps passe très vite ! Après quelques photos il est temps de redescendre pour rejoindre la bateau et rentrer à Copacabana. Nous repartons avec un goût de trop peu…

Notre sentiment…

Les paysages du lac sont magnifiques : entouré de la cordillère royale, c’est grandiose.

Toutefois la réalité économique du tourisme est ici assez présente, au point de « gâcher » l’expérience (nous assumons le paradoxe d’écrire cela en tant que touristes !). Avec la fermeture du Nord de l’île au touriste, et les « droits de passage » pas toujours officiels (difficile de savoir s’il s’agit bien d’une initiative bénéficiant aux habitants locaux ou s’il s’agit juste de profiteurs), nous étions parfois amères.

Si c’était à refaire, nous serions restés au moins une nuit sur l’Isla del Sol. Faire un tour à la journée est vraiment trop court.

En maintenant, direction le Pérou !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.