Premiers pas en Patagonie au glacier Perito Moreno

Premiers pas en Patagonie au glacier Perito Moreno

Notre organisation ? Au top ! ^^

Le plan de base

Le plan initial de notre itinéraire en Argentine, échafaudé avant notre départ en TDM en juillet 2017, était de rester dans le Nord de l’Argentine. Nous avions prévu la « boucle » suivante :

  • Visite de Buenos Aires
  • Aller/retour pour aller visiter les chutes d’Iguazú (au Nord-Est)
  • Départ depuis Buenos Aires en direction de Mendoza (vers l’Ouest)
  • Depuis Mendoza, aller à Salta et continuer notre route vers le Nord en vue de rallier la Bolivie et le Pérou par la suite

Gros changement en cours de route

Mais ça, c’était sans compter l’important travail de « lobbying » d’Elise qui parle de la Patagonie depuis… l’Australie déjà ! Elle a fini par convaincre Julien que c’était le bon moment pour y aller. Nous avons donc ajusté notre itinéraire pour aller vers le Sud. Le plan était donc de rajouter cette « étape » après la visite des chutes d’Iguazú et remonter après doucement vers Mendoza.

Une petite carte ci-dessous pour mieux vous repérer ;)

Voir en plein écran

Mais encore une fois, c’était le plan sur le papier. Dans la réalité, nous n’avions pas préparé grand chose avant notre arrivée en Argentine…

Petit changement de dernière minute

C’est lorsque l’on s’est rendus à la gare de bus de Buenos Aires, 48h avant notre départ planifié pour Iguazú, que l’on a compris une différence fondamentale entre l’Amérique du Sud et les autres pays visités jusqu’alors : ici, s’organiser en dernière minute coûte cher, ou alors n’est tout simplement pas possible !

En effet, les bus en partance pour Iguazú étaient tous pleins. A force de persévérance, nous avons réussi à en trouver un, sauf qu’il nous fallait nos passeports pour prendre les billets (que nous avions laissé à l’hôtel). Retour à l’hôtel « broucouille » donc (comme on dit dans le Bouchonnois) et un peu en colère contre nous-mêmes de ne pas avoir organisé cela plus tôt !

A l’hôtel, on vérifie quand même la météo pour les jours à venir à Iguazú et il s’avère qu’elle sera très mauvaise ! C’était donc un signe ! Nous nous renseignons du coup sur le prix des billets d’avion pour El Calafate en Patagonie et décision radicale : on « zappe » Iguazú et on part direct en Patagonie ! Youhou !

Pour cela, deux options : l’avion (cher, car on est bien sur en dernière minute) ou le bus (long, trooop long : minimum 2 jours…). On a donc déboursé 230€ par personne pour un vol Buenos Aires-El Calafate. En même temps, les transports en Argentine sont relativement plus chers qu’en Asie et nous l’apprendrons à nos dépends tout au long du voyage !

El Calafate, nous voilà !

Dans l’avion vers El Calafate, nous ne pouvons pas nous empêcher de regarder par le hublot : bien que la terre à travers les nuages semble très désertique, que de couleurs ! Nous sommes vraiment excités et émus d’être ici…

La ville est touristique car c’est le principal aéroport du coin, ainsi que l’étape obligatoire pour rejoindre le glacier « Perito Moreno ». C’est toutefois très mignon, avec une ambiance de village de montagne. Tout le monde ici arbore des vêtements techniques, le décalage est étonnant.

Nous passons la première journée à nous promener dans El Calafate et au bord du Lago Argentina. Les paysages sont déjà splendides et les couleurs magnifiques ! Nous avons presque l’impression d’être dans une peinture. Puis après tous ces efforts (…) nous partons nous réchauffer autour d’un bon chocolat chaud avec un millefeuille au Dulche de Leche… Un régal !

Nous avons ressorti chaussettes, doudounes, coupes-vent et bonnet ! Il nous faut au moins cela pour affronter les températures « hivernales » : du vent froid et des températures frôlant les 12 à 15° ! Rude, nous n’avons pas connu cela depuis longtemps ! :)

Le Parc National de « Los Glaciares »

La météo s’annonçant bonne pour le lendemain, nous décidons de partir pour le « mythique » glacier de Perito Moreno dans le parc national de « Los Glaciares » : un énorme glacier de 5 km de large que l’on peut approcher de près. C’est le plus visité du parc car le plus facilement accessible, mais c’est aussi le plus « petit » en taille.

Véritable attraction touristique, s’y rendre n’est pas donné : il faut prévoir un aller-retour en bus à 600 $ARS (soit 24€, pour 1h30 de trajet…), ainsi que l’entrée du Parc National Los Glaciares à 500 $ARS (soit 20€). Il faut savoir qu’en mai 2016, le prix était de 260 $ARS… L’inflation ici est délirante ! Nous nous sommes donc renseignés sur les moyens « alternatifs » de s’y rendre, et comme nous avons lu que le « stop » était très courant et sécurisé en Patagonie, nous nous sommes lancés dans l’aventure !

Au réveil, la météo est parfaite. C’est donc plein de bonnes vibrations qu’on lève le pouce un peu plus tard sur l’unique route qui relie El Calafate au glacier. Après seulement 5 minutes d’attente, une voiture s’arrête ! Nous sommes hyper contents pour cette première ;) Et en plus c’est une charmante famille Chilienne qui accepte de nous prendre à l’arrière, alors qu’il n’y a qu’une seule place ! L’heure de trajet fut très sympathique (bien qu’un peu serrés à l’arrière), mixant anglais et espagnol (les trois mots que l’on connait…) pour nous faire comprendre.

Nous payons l’entrée au parc (qui est différenciée selon la nationalité of course). Puis nous continuons la route, il reste 30km pour arriver au « pied » du glacier. D’ailleurs celui-ci commence à apparaître le long de la route. C’est vraiment un « monstre » de glace. Nous avions déjà vu beaucoup de photos, mais nous restons impressionnés !

Il est possible de garer gratuitement sa voiture à un parking, puis il faut prendre une petite navette pour monter au départ de la visite du glacier. C’est très bien organisé. C’est de ce parking qu’on peut tenter de faire du stop pour le retour.

Ce glacier à la particularité d’avancer chaque jour de 2 mètres. Alors que tous les autres glaciers reculent avec le réchauffement climatique, celui-ci avance. De ce fait, le glacier craque sans cesse et d’impressionnants blocs de glaces tombent dans un bruit fracassant. Il mesure 30 km de long, 5 km de large et environ 70 mètres de hauteur au plus haut point de son front. Un sacré morceau ! On se sent tout petit face à cette force de la nature. Et c’est vraiment en voyant les bateaux touristiques à côté que l’on réalise sa taille (si vous êtes intéressés par le bateau, c’est 500 $ARS)…

Pour observer le glacier, 4 km de passerelles ont été aménagées, sur différents étages. Ce qui permet de voir le glacier de différents points de vue. A droite, la vue est panoramique sur tout le glacier et sur les montagnes et le lac. A gauche, on peut voir le glacier de plus près, avec ses veines bleu profond mais aussi les sédiments qui rendent le glacier plus marron.

Vous vous demandez pourquoi le glacier est bleu alors que la glace est blanche ? Et bien, cela est du à la présence ou non d’air. Le glacier avec sa force compresse la glace qui évacue l’air à l’intérieur ce qui crée la couleur bleue.

Nous sommes restés 4 heures ici, mais nous aurions pu rester encore des heures à observer la glace… A chaque « craquement », tout le monde regarde la face du glacier en espérant pouvoir observer la chute d’un gros bloc. Parfois nous restions même « bloqués » sur une plateforme de peur que l’un d’eux tombe alors que nous serions sur le chemin, le regard détourné… Et nous avons eu de la chance de pouvoir voir la chute d’une énorme partie de la façade tomber, dans un énorme bruit de tonnerre, et toute cette eau remuée en dessous, tel un mini tsunami, impressionnant !

Ce n’est pas seulement le glacier en lui-même qui rend la beauté du paysage mais aussi les montagnes noires environnantes qui contrastent avec le blanc de la glace.

Comme sur de nombreux glacier, il est possible ici aussi de faire des trekking ou des mini trekking pour marcher dessus et explorer des crevasses avec un guide. L’idée nous est passée par la tête mais le prix est vraiment élevé et ne rentrait pas vraiment dans notre budget.

Puis 16h venu, on décide de repartir, pour maximiser notre chance qu’une voiture nous prenne sur le chemin. On reprend donc la navette jusqu’au parking. Avant de repartir, un dernier regard sur le glacier depuis le lac. D’ici on peut voir des icebergs flotter. Julien, tel un grand enfant, cherche à tout prix à attraper un morceau de glace. Et même s’il en vient à se mouiller les chaussures avec l’eau très froide, il est tout fier d’en avoir eu un !

Puis on se met sur le chemin de la sortie du parking et nous levons nos pouces. Au moins 10 voitures avec uniquement 2 personnes à bord nous sont passées devant, sans même un regard… Frustrant mais c’est le jeu :) Mais c’est alors qu’une voiture s’arrête et là, grosse surprise, c’est un couple de français en voyages de noces qui s’arrête. C’est une voiture de location et pour eux, c’était tout naturel de nous prendre. Et encore un trajet bien sympathique !

Nous finissons cette incroyable journée par des pâtisseries de Don Luis à El Calafate… Just perfect ! Euh pardon, perfecto ! ;)

Prochaine destination, le Chili et le Parc National de Torres Del Paine, encore plus au Sud ! 😀

2 réactions au sujet de « Premiers pas en Patagonie au glacier Perito Moreno »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :