Trek dans la campagne birmane entre Kalaw et le Lac Inle

Trek dans la campagne birmane entre Kalaw et le Lac Inle

Première expérience des bus de nuit

C’est en bus de nuit que nous avons choisi de rejoindre Kalaw, au milieu du pays. Nous avons donc quitté Yangon en navette et sommes allés à la « Highway Bus Station ». C’est un immense rassemblement de bus et taxis et arriver jusque là est une expérience. Déjà, il faut anticiper la circulation au « cul-à-cul » de Yangon, et partir minimum 2 heures avant. Puis une fois arrivés, on tombe sur des centaines de bus rangés un peu partout, d’abord sur des grands parkings puis à l’intérieur d’une sorte de « ville » qui s’est formée, remplie d’échoppes, de comptoirs de bus, et de vendeurs de pneus et de cartes SIM. On vous laisse imaginer le tableau :)

Notre minibus, à peine arrivé, se fait assaillir par des « rabatteurs » qui courent à côté de la porte pour nous proposer leurs services… Nous avons déjà nos billets, et heureusement les gens sont serviables et nous indiquent notre « comptoir » ; sans eux nous aurions eu du mal à le trouver. Notre comptoir est un hangar avec une salle d’attente minimaliste où attendent des personnes et des marchandises. Une odeur de poisson séché envahit les environs, tandis que les birmans assis dans la salle d’attente regardent un film coréen (genre une histoire à dormir debout) à la TV.

Nous prenons un bus de nuit, grand modèle classe « VIP » s’il vous plait ;). Il est loin d’être rempli, et uniquement avec des touristes (les locaux prennent les bus non « VIP »). 3 sièges par rang, sièges rabattables pour être un peu plus allongé, bouteille d’eau, gâteaux et brosse à dents offerts ! Il est 18h30, et c’est parti pour 12 heures de trajet. Celui-ci est loin d’être agréable et si nous avions bougé autant dans un avion nous aurions fait notre dernière prière… Soubresauts, virages, rien de tel pour un petit mal de transport… Heureusement pour Elise, c’est la nuit et en dormant elle ressent moins les choses…

Kalaw, petit village tranquille

Nous arrivons au village de Kalaw vers 5h30, avec les premières lueurs du soleil. Le bus nous dépose ainsi que deux autres françaises, et nous laisse avec les chauffeurs de taxi-motos. On n’est pas très réveillés, le village est encore calme. On décide de se poser un peu pour boire un thé (enfin, une boisson sucrée et marron café au lait, dit thé de Myanmar) dans une bicoque de la rue principal. Le serveur chante à tue-tête, se croyant dans The Voice :) et les chiens errants viennent nous renifler. Vers 7h, c’est revigorés que nous partons vers notre hôtel en espérant pouvoir récupérer les clés de notre chambre plus tôt que prévu. Et ce fut le cas… Moyennant un petit supplément pour un « early check-in » bien-sûr… (hehehe business is business ! )

On profite donc d’une bonne douche et du petit déjeuner, puis direction les agences à la recherche d’un trek vers le Lac Inle. Nous optons finalement pour un trek de 3 jours / 2 nuits avec l’agence Sam’s Family. Notre guide est censé être capable de parler les différents dialectes des 4 ethnies rencontrées, et ça on aime !

L’après-midi, la petite nuit de la veille et la chaleur écrasante nous fait écourter notre visite des quelques pagodes du village. Le soir, nous testerons un restaurant de cuisine birmane (recommandé dans notre guide), mais notre plat (un mélange de porc, de poisson, de calamars et de légumes) est intriguant/déconcertant/écœurant, tout simplement pas à notre goût on dira :)

Trek de Kalaw au lac Inle

C’est avec 6 autres personnes et deux guides que nous sommes partis pour notre trek de 3 jours et 2 nuits. Et quelle aventure !

Nous avons traversé des paysages variés et incroyables, rencontré des ethnies différentes (Pa-O, Palaung, Danu et encore un autre dont nous avons oublié le nom) avec des dialectes différents (enfin, c’est ce que l’on nous a dit parce que pour nous c’était la même chose…oups). Nos deux guides étaient adorables, souriants et attentifs. Nous avons dormis chez l’habitant, sans trop communiquer avec eux malheureusement, mais nous avons vécu selon leur mode de vie : pas de télé, matelas rudimentaires, pas d’électricité, un seau d’eau pour la douche !

Le retour du travail des champs des birmans avec leurs buffles et la récolte de la journée est tellement loin de ce que nous vivons au quotidien… Si nos nuits ne nous ont pas vraiment permis de recharger nos batteries pour les jours suivants, les repas en revanche ont été bons, copieux et réconfortants.

L’expérience était encore plus sympathique quand les birmans essayaient de communiquer avec nous ou encore acceptaient qu’on les prenne en photos (ce qui n’est pas tout le temps le cas, et on les comprend). Au final, nous n’avons croisé que très peu d’autres touristes, ce qui nous a laissé impression d’immersion totale comme on adore. Apparemment en haute saison, c’est plus de 200 touristes qui font le trek chaque jour…

Nous avons donc marché environ 20km/6-7h par jour à travers les collines birmanes et les plantations pour rejoindre les villages agricoles isolés en pleine nature où nous passions la nuit. Au fur et à mesure du parcours, nous avons quitté les collines qui bordent Kalaw pour trouver les plaines qui mènent jusqu’au Lac Inle. Le tout à travers champs de terre rouge et rizières en terrasses, sous la pluie torrentielle, avec la boue et les sangsues, comme sous un soleil de plomb. Au total nous avons parcouru 64 kilomètres en 2 jours et demi. Et on en est fiers :)

On était donc bien contents d’arriver au Lac Inle ! Après une pause déjeuner au village de Tone Le, c’est en une pirogue que nous avons remonté le lac, une traversée d’une heure d’abord à travers les jardins flottants puis au centre du lac à coté des pêcheurs traditionnels. Puis nous avons pris le canal jusqu’au village de Nyang Shwe (au nord du lac, pas directement au bord du lac) où nous attendaient nos sacs à dos.

Ce fut un trek inoubliable au cœur de la vie Birmane et de ses différentes cultures. Chaque ethnie des villages traversés a ses us et coutumes ainsi que son dialecte. Notre guide, issue de l’ethnie Pa-O, nous a même emmené chez elle où sa mère et sa sœur nous ont reçu pour le thé (et les patates sautées) ! Il semble que certaines coutumes soient en voies de disparition, comme le fait pour l’ethnie Pa-O de s’habiller en noir. Trop chaud pour les jeunes, qui réservent cet habit pour les grandes occasions.

On pensait toutefois que ce trek permettrait plus de moment de rencontre avec les villageois, notamment pour leur poser des questions sur leur mode de vie, etc. Les échanges furent présents mais brefs.

Ce fut en tout cas une magnifique expérience qui nous a permis de voir au plus près comment les birmans travaillent et vivent à la campagne, ainsi que de traverser des paysages à couper le souffle !

8 réactions au sujet de « Trek dans la campagne birmane entre Kalaw et le Lac Inle »

  1. Salut les jeunes,
    64km en 3 jours ! Vous devez avoir une des ses caisses. Quand vous reviendrez ici, vous ne pourrez plus rester assis devant un PC toute une journée…
    Thierry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page