Saturday Dengue Fever

Saturday Dengue Fever

On est samedi soir à Du Gia, première étape d’un roadtrip à moto de 3 jours dans le nord du Vietnam. Dans notre guesthouse perdue entre les montagnes, vietnamiens et touristes, réchauffés par la « funny water » servie à profusion durant le diner, gueulent (les viets) où parlent (les autres) à tue-tête, sans trop s’inquiéter de l’isolation phonique inéxistante de la guesthouse.

Elise, restée seule en haut, a de la fièvre. Elle a décliné le repas, et s’est allongée sur le matelas, posé à même le sol, pour essayer de trouver du repos. A 22h30, n’en pouvant plus de tout ce raffut, elle se lève et sans lever le son de la voix, montre de son regard de feu que ça commence à suffire. Immédiatement, le tenant de la guesthouse comprend et se répand en excuses, en invitant les locaux à sortir. 30 secondes plus tard, y’a plus personnes en bas. Puis elle remonte et va voir les touristes à l’étage. Même scénario, sans les excuses et en moins rapide. Le calme revient, il est 23h. Elise entame une nuit agitée  entre migraine, cauchemars liés à la fièvre, grelottement et sensation de ne plus en pouvoir.

Autant dire que le lendemain à 7h, au moment de remonter à l’arrière de notre « Honda blade 110 cc » pour 150 km de virages et de routes défoncées, Elise n’en menait pas large. Les paysages – magnifiques – n’arrivent pas à faire oublier les 6 heures de routes cabossées, le froid, le vent, et les nids de poule. Arrivés à Dong Van, on s’arrête pour la fin d’aprèm et la nuit. On devait parcourir 50 km de plus, mais vu l’état d’Elise (elle grelotte, elle a mal partout, elle à la migraine et la fièvre et elle pleure sans arriver à se contrôler), c’est mieux ainsi. Ce qui semblait, au départ, être un coup de froid, ne passe pas vraiment.

Les villages que l’on croise désormais sont plus développés, mais il faut qu’on « boucle la boucle » et que l’on retourne à Ha Giang (notre point de départ), en espérant pouvoir y trouver un médecin. Le lendemain, c’est la pluie qui nous accompagne dès le départ, pour une nouvelle journée d’enfer pour Elise. De plus en plus mal, courbaturée de partout, elle tient le coup comme elle peut grâce à son meilleur ami du moment : le paracétamol 1g Forte !

Arrivés à Ha Giang, Julien dépose Elise transie dans la chambre d’hôtel, puis gère l’intendance (moto à rendre, sacs à récupérer). On nous indique une école de médecine avec des docteurs parlant anglais. Arrivés sur place, ce seront pas moins de 5 médecins qui entoureront Elise pour comprendre ce qui se passe. On a un peu l’impression d’être une attraction, tout ça les fait rigoler.

Personne ne prend les constantes d’Elise, ils regardent juste sa gorge… A coups de « google translate », on nous indique une grippe, et on propose à Elise de l’eau glucosée en intraveineuse. O-kayy… Vu qu’elle n’arrive à rien manger, on accepte pour la réhydrater. On demande quand même, « est ce que c’est la dengue » ? Non, une simple grippe. On repart de là avec du paracétamol, des antibios (pour quelque chose de viral… ?) , et un bain de bouche (on n’a pas compris pourquoi !). Bref, pas concluante cette visite médicale.

En sortant de l’hôpital, on se dit que ça va aller mieux. Prise des antibios : Elise vomit. Bon, passons la nuit histoire de voir. Mais le lendemain, ça ne va pas mieux. Deuxième prise d’antibio : Elise a la nausée. Retour à l’hosto pour Julien qui explique la situation, le médecin lui dit d’arrêter les antibios. Ça fait 4 jours qu’Elise a de la fièvre, ça va toujours pas mieux, on commence à se poser des questions.

Clairement, il fallait qu’on rentre à Hanoï, à 6 heures de route. On prend donc le lendemain un bus « limousine » en espérant que le trajet sera plus cool qu’à l’aller (en bus de nuit). Le bus est mieux certes, mais le chauffeur conduit comme un malade, en klaxonnant tout le temps. Les virages de montagnes donnent encore plus envie de vomir à Elise qui, bien que assise à coté du conducteur, finie par se recroqueviller sur le deuxième siège pour moins sentir la route et dormir un peu. A l’arrivée à Hanoï, Elise est lessivée, meurtrie mais soulagée d’être enfin là. On file direct à un hôpital recommandé par notre assurance (Family Medical Practice).

A l’hôpital, on a un médecin français (et ça, ça n’a pas de prix… ah bah si en fait… mais ça fait une grosse différence !). Auscultation puis prise de sang pour vérifier Dengue, Paludisme, Grippe et autres joyeusetés… 1 heure plus tard on a le résultat : c’est une dengue… La dengue dure environ 7 jours avec un « pic » au 5ème jour (puis d’une convalescence d’une quinzaine de jours). Elise en était justement à son 5ème jour de fièvre… Le médecin décide de l’hospitaliser.

Elle restera finalement 3 jours et 2 nuits à l’hôpital, sous perfusion car elle a beaucoup de nausées et n’arrive pas à bien s’alimenter. En fait on a littéralement vécu pendant 3 jours dans cet hôpital, puisque Julien a pu rester dormir dans le lit d’à coté ! Pendant ce séjour la fièvre a progressivement baissé, laissant place à des rougeurs sur tout le corps, un signe de rémission. En attendant, cela provoque des démangeaisons terribles. Elise ressemble à une jolie écrevisse :) Les prises de sang monitorent le taux de plaquettes, et montrent des résultats encourageants avec peu de risque d’hémorragies. Ouf.

La convalescence va durer environ une quinzaine de jours. Les médecins nous ont déconseillé d’aller au Laos et au Cambodge pour le moment faute de bons médecins là-bas, nous allons donc certainement aller plus tôt que prévu en Australie une fois que le repos sera retrouvé.

Du coup on a étendu nos visas (toute une histoire ça aussi !) et on reprend des forces à Hanoï (on fait au mieux en tout cas…).

Voilà, ce court récit vise aussi à expliquer pourquoi on n’a pas posté d’articles récemment. On publiera bien entendu des articles sur les paysages de la baie d’Halong et du Nord, qui sont justes incroyables… Mais encore un peu de patience :)

Mot de la fin d’Elise : « Les moustiques c’est de la merde ! » :)

18 réactions au sujet de « Saturday Dengue Fever »

    1. Y’avait un gros potentiel de jeux de mots qu’on a finalement pas trop exploité pour le titre… « Histoire de dengue » en faisait partie 😉

  1. Bon repos et j’espère que vous aurez vite la patate! Elise sera au moins assortie au centre rouge australien (bon ok, je sors:o))

  2. Coucou. Bon ben voila il fallait un alea pour donner encore plus de force au reste. A vous les terres australiennes peut etre le temps de profiter de votre fameux cadeau ???!!!! De gros bisous

    1. Salut Estelle, on a effectivement profité de cette occasion pour « activer » notre cadeau… Merci encore, on a bien pu se reposer à Hanoï avant de partir vers de nouveaux horizons. Gros bisous et plus tard !

  3. Votre message WhatsApp de ce matin m’a incité à lire votre blog. J’avais plusieurs jours de retard. Maintenant, je comprends mieux. Grosses bises à Élise.

  4. Coucou Elise, on vient de lire ton histoire en famille, ça rend dingues les enfants.
    Bon et autrement , je ne comprends pas pourquoi tu n’as pas apprécié 5 médecins Hommes autour de toi.
    Pour nous ce sont les vacances !
    Gros Bisous de Jules, Estelle, Flora, Thierry et Betty

  5. Elle a raison, Elise, les moustiques c’est caca. En tout cas c’est bien qu’elle puisse guérir et c’est bien que Julien s’occupe d’elle.

    1. Coucou Matteï, merci pour ton message ! Désormais Elise est guérie donc tout va bien 🙂 Occupes toi bien de Manol et de tes parents, et à bientôt !

  6. Eh bah les amis !!! Quelle aventure !!! Fallait au moins ça pour ne pas trop vous jalouser et être trop décrépis de rester à Paris.
    Sinon, on a une petit annonce à vous faire pour finir de vous rétablir : Pacôme et Auguste vont avoir un petit frère (arrivée prévue fin mars)!!!!!
    Voili, voilou, nous aussi il nous arrive des trucs de dingue !!! Bisous. clo et alex

    1. Whaooouu ! Incroyable !! :))))
      C’est une super nouvelle, félicitations ! Quelle année formidable pour vous 😉 On passera définitivement vous faire un ptit coucou à Paris à notre retour 😉
      Prenez soin de vous et à très vite !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :