Yangon, première étape en Birmanie

Yangon, première étape en Birmanie

Une arrivée « inoubliable »

Notre arrivée à Yangon (Rangoon) fut comme un ascenseur émotionnel. Arrivés sous une pluie battante, on réalise que la saison des pluies n’est pas tout à faire finie… Après 3 semaines de soleil à Bali, on est pas forcément ravis ! En récupérant nos sacs à l’aéroport, on s’aperçoit qu’ils sont mouillés. Ils ont certainement attendus sous la pluie !

A la sortie de l’aéroport, on s’attend à se faire harceler par les taxis, comme c’est souvent le cas. Sauf que là c’est un autre niveau ! On avait rarement vu ça. Les taximen nous collaient littéralement (genre à 50 cm et en souriant) pour qu’on vienne avec eux. Nous avons finalement réussi à négocier un prix (de 12000 à 9000 kyats), mais après discussion avec le tenant de notre hôtel une fois dans le centre ville, on aurait pu descendre encore plus (8000 avec les taxis officiels, dont on a loupé le bureau à la sortie de l’aéroport).

La route à travers Yangon est longue et morose avec toute cette pluie. Nous arrivons à notre hôtel, et l’ascenseur continue de descendre : une chambre non insonorisée, qui donne sur un immense boulevard avec klaxons et trafic de dingue, avec des cloisons de 10mm peut-être et une salle de bain partagée au milieu du couloir… Tout cela pour 20 dollars US s’il vous plait, welcome to Myanmar !

Face à notre gène, le tenant nous dit qu’il faut pas s’inquiéter, qu’après 22h il n’y a plus trop de circulation… Vu qu’en Asie tout le monde est au taquet à 5h du mat’, on discute entre nous 2 seconde et demi et on demande à changer de chambre. Nous aurons le droit à une chambre plus calme…petite, sans fenêtre, humide au possible, mais avec sa propre salle de bain (pas très propre). Il faut apprécier les petites victoires.

La petite surprise finale : Julien découvre, en ouvrant son sac, que toutes ses affaires sont mouillées… Bref une arrivée comme on les aime.

Premiers pas à Yangon

Pour cette 1ère étape en Birmanie (nom officiel : Myanmar), nous sommes à Yangon (anciennement : Rangoon), ancienne capitale et plus grande ville du pays, avec une population d’environ 6 millions d’habitants. Il y a donc beaucoup de monde mais la ville est très étendue. Cette ville est extrêmement étonnante : des bâtiments coloniaux qui devaient être magnifiques à une certaine époque mais désormais décrépis, noircis par le temps et où la végétation reprend progressivement ses droits, des câbles électriques partout, des voitures, beaucoup, mais aucun deux roues ! Les groupes électrogènes, posés devant quasi chaque immeuble sur le trottoir, indiquent que l’électricité doit souvent se couper… Il y a des vendeurs de Betel (ce mix de tabac à chiquer avec de la chaux que nous avions déjà vu au Sri Lanka) à chaque coin de rue.

Nous sommes fort étonnés par le développement de la ville. Les panneaux sont écrits partout en anglais. Nous avons même plus acheté le guide Lonely Planet 2017 de la Birmanie, neuf, en anglais, dans une librairie (pour 6000 MMK, soit 3,70 euros ! !). Dans les magasins, on trouve des smartphones derniers cris… et des biscuits français. Étrange.

Yangon est finalement une belle surprise, entre deux pluies (celle de l’arrivée, et une autre au départ !). Il y a une atmosphère particulière ici, et cela nous donne hâte de découvrir le reste de la Birmanie !

Petit aperçu des monuments visités à Yangon

La Pagode Sule

Véritable point de repère dans la ville, cette pagode se situe au milieu d’un énorme rond-point de la « down town ». C’était, au XIXème siècle, le centre géographique de Yangon. C’est dans les années 1980 que la ville de Rangoon a connu une expansion rapide de la ville vers le nord. Du coup, le centre-ville s’est retrouvé à l’extrême sud, non loin des rives de la rivière Yangon. Une passerelle permet d’y accéder.

L’architecture coloniale du centre ville

Contrairement aux autres pays du Sud-Est asiatique, la Birmanie est un pays qui a été colonisé par les anglais au XIXème siècle. En 1824 plus précisément, Yangon est devenue la plaque tournante du commerce avec l’Occident. Et ça a duré jusqu’en 1948, année où le Myanmar a obtenu son indépendance.

Malgré les bombardements qu’a subi Yangon pendant la seconde guerre mondiale, d’innombrables bâtiments coloniaux ont tenu le choc. C’est vraiment étonnant de se promener dans une capitale asiatique et de voir ces bâtiments ! Et leur état de dégradation rajoute parfois un certain charme.

Le parc Maha Bandulaau

C’est un endroit où de nombreux couples birmans viennent se détendre et se bécoter. On le reconnait par son obélisque en plein milieu, le symbole et le monument commémoratif de l’indépendance birmane en 1948. Quand nous sommes arrivés, il y avait une manifestation politique. Étant donnés les conseils aux voyageurs (très alarmistes) donnés par le Quai D’Orsay en ce moment en Birmanie, nous n’avons pas trainé :)

Le rue des bouquinistes

Dans la 37ème rue se trouve une librairie en plein air ! On ne trouve ici que des livres poussiéreux, pour la plupart d’occasion. Malgré la censure qu’a connu le pays durant de longues années, il semblerait que l’accès à la lecture et la culture soit facile (du moins dans la capitale).

Les marchés

En nous promenant sur la route pour aller à la Pagode Shwedagon, nous sommes tombés sur un immense centre commercial flambant neuf. Quel contraste avec les marchés dans lesquels nous sommes passés avant… C’est étonnant et déconcertant en réalité. Puis nous avons traversé le marché de Bogyoke, le marché que les touristes visitent en quête de souvenirs. On y trouve notamment des tissus et des bijoux. Les prix ne sont pas forcément bon marché ! Nous avons assisté à l’aumône par des moines en herbe. Ils chantent une espèce de litanie jusqu’à ce que les commerçants donne un billet (religion bouddhiste), et font tous les stands, les uns après les autres… C’est presque une « mafia » ;)

La Pagode Shwedagon

Nous avons visité la pagode de Shwedagon en fin de journée pour profiter de la métamorphose du site au coucher du soleil. Nous sommes d’abord allés au « parc du peuple » qui se situe derriere puis nous sommes montés dans la pagode pour la dernière heure de soleil. Le spectacle des changements de couleurs et des reflets des feuilles d’or qui recouvrent les stupas est superbe.

Cette pagode (de shwe : or, et dagon : ancien nom de Rangoon) est le premier lieu saint de Birmanie car il contient, selon la légende, des reliques de quatre Bouddha, dont huit cheveux du Bouddha Gautama (le Bouddha « originel »). Elle repose sur une plateforme de marbre de 5,6 hectares, et est située sur une colline à laquelle on accède par plusieurs portes/escaliers entourés de deux gigantesques lions (des chinthes). Le site ne contient d’ailleurs pas moins de 72 autres pagodes et lieux de prières. La pagode principale est immense (98 mètres) et a aussi la particularité d’être constituée de briques recouvertes de plaques d’or massif et d’avoir à sa pointe des milliers de clochettes d’or et d’argent et une girouette sertie de pierres précieuses. Elle se termine par une petite sphère, le seinbu, incrustée de milliers de diamants et d’une émeraude de 76 carats. Que de richesses…

Nous n’avons malheureusement pas pu tout voir, mais apparemment voici encore les choses sympa à faire :

  • le lac Inya
  • le train circulaire
  • le bouddha couché

Autres photos de Yangon

Une réaction au sujet de « Yangon, première étape en Birmanie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :