Grandeur et émerveillement au Fiordland National Park

Grandeur et émerveillement au Fiordland National Park

Après la visite du Sud de l’île du Sud, nous remontons vers la région des fjords ! Nous mettrons une bonne partie de l’après midi pour rejoindre Te Anau et enfin le Fiordland National Park, dans les alpes du sud. C’est le plus grand des quatorze parcs nationaux de Nouvelle-Zélande, et est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Nous sommes ébahis par la beauté des paysages… Des montagnes bleues s’élèvent au loin, derrière des champs d’herbes jaunes et à côté de ruisseaux bleu profond…

Eh, what’s up, DOC ?

Mais l’heure tourne et il est grand temps de trouver un emplacement pour dormir ! Vu qu’il n’y a pas de d’endroits permettant du freedom camping (on est dans un parc national), on vise un camping payant avec douche chaude, et possibilité de faire une machine.

Sauf que lorsqu’on arrive, nous apprenons qu’il est complet. La dernière place ayant été prise… 5 minutes plus tôt. Grosse déception pour Elise qui rêvait d’une bonne douche chaude… Et qui d’ailleurs sont justes à côté de l’entrée. En bons français – qui ont ici la réputation d’abuser du système lorsqu’ils le peuvent – Elise (poussée par Julien) profite d’une place fraîchement libérée pour prendre une douche ni vu ni connu, malgré l’amende (de 10 $ !) encourue en cas de resquille. Le sort nous « punira » à sa façon avec une coupure de courant alors qu’Elise est sous la douche depuis 2 minutes… Heureusement, elle avait fini et le gérant, venu remettre le courant, avait d’autres chats à fouetter. Du coup Julien n’aura pas eu sa douche… Ça ne l’as pas trop dérangé ;D

Suite à cette (més)aventure, nous n’avions pas d’autres choix que de nous poser dans l’un des nombreux campings gérés par le DOC (Department of Conservation). Fonctionnant à la confiance (avec une boite à enveloppes pour payer la nuit), ces campings offrent, pour la bagatelle de 13$ / personne : pas d’électricité, ni d’eau courante, ni de douche. Certains offrent une « cuisine » (sans poubelles, il faut ramener ses déchets). Tous offrent des toilettes long drop (sans chasse d’eau) qui sont souvent sales et odorantes. Bref on hallucine sur le prix de ces camps, qui jusque récemment étaient à 6$ / personne, un tarif qui semble quand même plus raisonnable…

A notre arrivée au dernier des sites de la route, et le plus grand, nous avons eu le plaisir d’être accueilli par le gardien à l’entrée. Il semblerait que ce système basé sur la confiance fonctionne mieux en présence du gardien… Il faut dire qu’en pleine saison touristique, c’est littéralement plus d’une centaines de campervans qui étaient installés ici. Cela dit on n’a pas trop mal dormi, au bord d’une magnifique rivière dont l’eau, issue des glaciers, était apparemment potable (on n’a pas testé).

Sur la State Highway 94

Le lendemain, lever à 6h car il nous reste encore de la route pour arriver à Milford Sound où nous avons réservé une croisière à 9h. Milford Sound est le seul fjord du parc accessible par la route, et il n’y a qu’une seule route pour y aller : la State Highway 94.

Cette « scenic drive » est considérée comme « challenging », notamment lié à la présence de nombreux touristes et de bus venus de Queenstown.

Sur cette petite route qui monte et qui serpente, on se sent tout petit, tout fragile. Il n’y a pas de réseau mobile dans le parc, seul quelques téléphones satellites. En se rapprochant de la destination finale, les montagnes sont de plus en plus présentes. Et les parois sont si abruptes qu’il n’y a pas de col ouvert aux voitures. Seul passage vers le fjord : le tunnel Homer qui donnera à Elise, un peu claustro, bien des angoisses…

Il faut dire que niveau safety, c’est un peu limite. Trop étroit pour laisser passer les voitures dans les deux sens, on a l’impression une fois engagé dans ce tunnel en pente de s’enfoncer dans le centre de la terre, dans le cœur de la montagne. Avec des parois en granit irrégulières, un éclairage insuffisant, et un revêtement sans marquage défoncé par l’eau qui coule partout, ce tunnel des années 50 se parcoure en 1.2 km sans issues de secours, avec juste quelques extincteurs et des panneaux indiquant à combien de mètres on est de l’entrée ou de la sortie.  On respire un peu lorsqu’on en voit le bout, qui est recouvert d’un toit anti-chutes de pierres !

En croisière dans le fjord de Milford Sound

Question météo : ce fjord est considéré, avec ses 7 mètres de précipitations annuelles, comme l’endroit le plus « mouillé » de Nouvelle-Zélande. Donc pour les prévisions, c’était un peu 50/50, mais nous avons eu beaucoup de chance car il a fait beau ! C’est apparemment un fait assez rare ;)

Un peu d’histoire

Le capitaine Cook est passé à coté de Milford Sound à deux reprises, sans jamais réussir à l’apercevoir depuis la haute mer. John Grono, un chasseur d’otaries, a fini par découvrir Milford Sound en 1823 et l’a baptisé Milford Haven en souvenir de son lieu de naissance au Pays de Galle.

Le premier colon à s’installer à Milford Sound s’appelait Donald Sutherland. Il y est arrivé en 1877 et y a construit 3 cabanes : la « city de Milford Sound ». Bien qu’on l’ait surnommé l’ermite de Milford, il s’est marié avec Elizabeth Samuel et a construit un bâtiment de 12 chambres, le premier hôtel de Milford.

Donald a découvert les Chutes de Sutherland en 1880. Ces chutes sont les cinquièmes au monde par leur hauteur ; l’eau chute de 580m en trois étapes dramatiques.

Glaciation

Au cours des 2 derniers millions d’années, il y a eu 12 grandes phases de glaciation. La dernière grande phase, connue sous le nom de « Otiran Glaciation », a commencé il y a environ 80 000 ans et a emprisonné les montagnes du Sud dans de la glace jusqu’à il y a 10 000 – 13 000 ans. La glace est descendue des montagnes dans la vallée et a formé des rivières de glace d’une épaisseur allant jusque 2 000 m. Suite au recul des glaciers, l’océan a submergé la « Vallée de Milford » pour former le fjord avec ses falaises abruptes, ses vallées suspendues et ses chutes spectaculaires.

Nous embarquons donc pour une croisière de 2h avec le bateau « Jucy ». La balade sur le fjord est splendide. Les deux heures passent très vite. Le fjord est magnifique avec de nombreuses cascades à couper le souffle. Certaines sont permanentes, d’autres apparaissent selon la pluie des jours précédents.

Les parois sont tellement abruptes que le bateau peut s’approcher à quelques mètres du bord. On peut alors y observer la forêt pluviale, qui tente de s’accrocher à la roche. Parfois, les précipitations sont telles que des pans entiers de végétation se décrochent et finissent dans l’eau. On peut voir d’énormes plaques de roche « mises à nu ».

Sur le chemin, nous nous rapprochons des otaries qui se dorent la pilule au soleil au niveau de Copper point, le point le plus étroit (et le plus venteux) du fjord. Puis le bateau nous emmène jusqu’à Dale Point, la sortie du fjord sur la mer de Tasman, où le vent du large souffle fort. Le retour nous permet d’admirer une nouvelle fois les cascades, dont la très impressionnante cascade Stirling, 150 mètres de haut !

Après un dernier passage devant la cascade de Lady Bowen, dont le volume d’eau et la hauteur (162 mètres) impressionnent, nous rentrons au port. Nous avons profité des sentiers au bord de l’eau pour se poser une dernière fois devant cette étendue magique, avec vue sur le Mitre Peak (1 692 mètres d’altitude), qui surplombe le fjord tel un triangle de roche sorti de l’eau.

Ju & Li, « blog writers / influencers »

C’est le titre officiel repris sur nos billets pour la croisière avec le bateau de Jucy, la société chez qui on avait loué nos autres campervans. Le début d’une reconnaissance ? Surtout l’occasion pour nous de faire une croisière « à l’œil », car les billets nous ont été offerts.

Il existe plusieurs sociétés effectuant des croisières sur le fjord. Une chose est sûre, il vaut mieux s’y prendre à l’avance pour réserver les plus petits bateaux, qui sont vites pleins. On recommande aussi d’aller faire un tour sur bookme.co.nz, ou vous pourrez sans doute trouver les billets un peu moins chers. Les bateaux Jucy font partie des plus gros : plus de monde, mais aussi plus stables, pour ceux qui auraient le mal de mer.

Pour Jucy, les tarifs varient de 45$ à 65$ par personne en fonction de l’horaire, et le ticket offre un « petit-déjeuner » (une quiche au bacon pas très digeste et un verre de jus d’orange), et du thé à volonté le temps de la traversée.

Notre croisière de 9h comportait beaucoup plus de monde que celle de 10h (ce qui s’explique compte tenu de la différence de tarif). Il faut savoir que des bus entiers affrétés depuis Queenstown font l’aller retour sur la journée, donc le monde continue d’affluer en milieu de journée (le temps de faire la route).

Le personnel était sympa et souriant, et le capitaine a fait des commentaires intéressant tout le long de la ballade. Beaucoup de monde sur le toit sur bateau, ou il fallait parfois jouer des coudes pour faire sa photo, mais quasiment personne à l’intérieur.

Au global une bonne expérience mais à refaire nous privilégierions une plus longue croisière, ou alors un combo bateau/kayak. Si vous avez loué votre campervan chez Jucy ou Lucky, le conducteur bénéficie de 50 % de remise.

Suite de la visite au Fiordland National Park

Après cette introduction incroyable, nous reprenons la route en sens inverse pour visiter ce parc national immense. Nous profitons d’un arrêt aux cascades de The Chasm (creusées dans la roche) pour déjeuner. Puis nous décidons de faire une randonnée. Le temps menace, rien à voir avec le soleil du matin quand nous sommes arrivés… mais Julien est sur-motivé donc Elise le suit. Aaaah l’amouuuur… :)

Au programme la randonnée du Key Summit de 3h avec une bonne montée mais à la clé une vue sur les monts et le Lac Marian. Nous l’aurons finalement faite en 2h30 et avec le soleil… et le vent !

Sur la route retour, nous nous arrêtons à d’autres points de vue ou balades : Mirror Lake, Gertrude Valley, Pop’s View, Monkey Creek (où des cars entiers de touristes s’arrêtent pour venir remplir leurs bouteilles de l’eau du glacier).

Et l’histoire se répète…

Après cette longue journée, nous rêvions d’une bonne douche bien chaude et d’un camping sympa…

Sauf que la douche fut de nouveau ratée de peu à Te Anau (nous sommes arrivés à 19h05 et ça fermait à 19h….). Par contre niveau camping, on a eu plus de chance, même s’il a fallu rouler pour l’obtenir !

On est parti en direction de Lumsden, seule zone de freedom camping à la ronde. En chemin, nous passons à côté de champs avec des biches et des cerfs d’élevage ! Insolite pour nous ;) Pas trop le temps de s’attendrir, car il ne faut pas arriver trop tard si on veut avoir une place pour la nuit !

Alors que le soleil commençait à disparaitre à l’horizon, on a pu se garer dans l’une des dernières places ouvertes au camping de Lumsden…

Lumsden et sa zone de « freedom camping »

Imaginez un petit village, avec en plein centre, accolé à une ancienne gare restaurée, une grande zone de camping « gratuit » pouvant accueillir jusqu’a 40 véhicules. Bienvenue à Lumsden ! Ici, les « SC » (Self-contained) et NSC (Non self contained) sont acceptés, pour le bonheur de tous les backpackers du coin, puisque c’est le seul camping gratuit officiel de la zone.

Du coup, cela créé des tensions… A coté du bac à vaisselle, des affiches collées au mur racontent le combat entre cette petite communauté – qui veut garder le camping ouvert -, et certains gérants de motels/camping – qui y voient une concurrence directe ou un désagrément.

Des endroits comme cela, il n’y en a plus beaucoup en Nouvelle-Zélande malgré la possibilité de faire du « freedom camping ». Et il y a fort à parier qu’avec l’expansion du tourisme, ils deviendront encore plus rares, surtout lorsqu’on voit parfois l’état dans lequel ces zones sont laissées par les touristes.

Le « freedom camping » à Lumsden, ici bien plus vide que le soir où nous y étions !

 

2 réactions au sujet de « Grandeur et émerveillement au Fiordland National Park »

  1. C est apres une belle après midi rugby que nous nous depaysons de vos aventures. Et que dire sinon que ca nous remet en tête tellement plein de souvenirs rugbystiques eux aussi. La nz fut un gros coup de coeur et vos aventures en van nous rappellent notre camping car verglace les surprises de la conduite a gauche l envie irrepressible de vrais douches et les reveils en pleine nature

    Des bisous bruxellois
    Jere thierry estelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :