Le Sud du l’île du Sud : les otaries, les pingouins, les Catlins…

Le Sud du l’île du Sud : les otaries, les pingouins, les Catlins…

Au Sud de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande, soit probablement le plus au Sud que nous soyons allés dans le monde jusqu’alors, nous partons explorer les plages de l’Otago et les Catlins.

Sur les plages de l’Otago

Oamaru, la « Steampunk »

Oamaru est une ville très mignonne, sur la côte Est. C’est un condensé de beaux bâtiments historiques typés de l’architecture Victorienne. Le paysage urbain y est reconnu comme un des plus impressionnants en Nouvelle-Zélande avec ses bâtiments du XIXeme siècle de pierre blanche typique.

Oamaru est aussi – de façon surprenante – un haut lieux de la tendance « Steampunk » ! Le « Steampunk » a au départ été inventé pour qualifier un genre de littérature né à la fin du XXe siècle, dont l’action se déroule dans l’atmosphère de la société industrielle du XIXe siècle. Cela fait aussi référence à l’utilisation massive des machines à vapeur au début de la révolution industrielle puis à l’époque victorienne. Aujourd’hui, le Steampunk est considéré comme une sorte « d’esthétisme » et ce terme et cette tendance s’étendent à d’autres domaines de création et d’expression. Comme par exemple à travers l’art ou bien la déco. Et justement, tout ça pour vous dire qu’on retrouve cette influence un peu partout dans Oamaru et c’est aussi ce qui fait la particularité de la ville… Passionnant, surtout pour Ju ;)

Nous étions également censé voir ici des pingouins bleus ici, mais dommage pour nous ils ne sortent que le soir ou le matin…

En fin de journée, après avoir profité de la librairie pour recharger nos batteries et utiliser le Wifi, on reprend la route vers les Moeraki Boulders !

Des oeufs de dinosaures à Moeraki Boulders !

Ballons de football, tortues, paniers à anguilles métamorphoses… Les métaphores sont nombreuses pour qualifier les « Moeraki Boulders », qui sont de grosses pierres plus ou moins rondes qui semblent échouées sur la plage. Nous ont a choisi « œufs de dinosaures », en lien avec une légende farfelue qui voudrait que ces œufs soient de dinosaures (ou d’aliens, c’est selon ;). Ces roches sont en fait le fruit de l’agglutination de calcite autour de noyaux de boues fossilisées. Le secret de cette forme : une érosion de 60 millions d’années dans le sable. Aujourd’hui, certaines d’entre elles atteignent même les deux mètres de diamètre !

Une fois découverts, les « œufs » sont exposés à l’océan et finissent par « casser » révélant l’intérieur de la pierre, et les différentes couches de roches qui les constituent.

Un superbe paysage, mais ne vous y trompez pas : la plage était envahie de touristes ! :)

Le phare de Katiki et sa réserve naturelle

Puis juste avant de trouver notre campement, direction le phare de Katiki, où il est possible parait-il de voir des lions de mer, des otaries et des pingouins aux yeux jaunes (Yellow Eye Penguins) .

Cette balade au phare de Moeraki en fin de journée était juste divine ! C’est une vraie réserve naturelle, et on y trouve des dizaines d’otaries à fourrure (arctocéphalus forsteri) se dorant au soleil ! C’est tellement génial de pouvoir voir ce genre d’animaux en liberté dans leur habitat naturel et pas dans un zoo… Et quelques pingouins aux yeux jaunes (apparemment l’espèce la plus rare). Inoubliable ! Tout cela sous un beau coucher de soleil, que demander de plus ?

Le soir, nous avons trouvé un campement gratuit juste à côté de la mer. Quelle chance d’avoir ce campervan « self-contained », qui permet de se poser dans des superbes coins !

De Dunedin à Waipapa Lighthouse, les Catlins

Au Sud de l’île du Sud se trouve une zone accidentée et peu peuplée (1200 personnes pour 1900 km2 !), avec un magnifique littoral et de denses forêts : les Catlins. Nous avons eu beaucoup de chance car le soleil était de la partie. Avec le chant des oiseaux, cela donnait comme un air de printemps ! Sur la « Southern Scenic Road », on en a pris plein la vue, mais on a aussi pris beaucoup de virages, la route étant plus sinueuse que celle pour aller au Mont Cook !

Dunedin, 2eme plus grande ville de l’île du Sud

C’est la deuxième ville de l’île du Sud après Christchurch. Au programme : la gare centrale, quelques églises, la Place Octogonale.

Un peu excentré du centre ville se trouve la Baldwin Street, la rue « la plus pentue du monde » (« Citation needed »). Longue de 350 mètres, elle a une pente de 35 % ! Notre Toyota Hiace/Lucky Rover n’aurait certainement pas tenu la dessus, nous l’avons donc monté à pied. Quand on regarde ça comme ça, c’est vrai que c’est assez impressionnant mais il faut essayer de la monter ! Déjà pour la vue, mais aussi pour cette sensation de vide comme si la rue était presque à la verticale…

Quant à son style donc, on retrouve en fait une très forte influence anglaise. Dunedin a été fondée par des écossais au XIXème siècle, et conserve de nombreux liens avec l’Ecosse (la ville est jumelée avec Edimbourg, la capitale de l’Ecosse).

Pour les gourmands, sachez que la ville renferme une brasserie et une usine de chocolat « Cadbury » !

Le Nugget Point

Magnifique phare avec d’énormes rochers visibles depuis la pointe. La route pour s’y rendre est elle aussi magnifique, avec de belles vues sur des plages très sauvages. Le nom viendrait du fait que les rochers ressembleraient à des nugguets… bon, si vous le dites… ;)

Les impressionnantes « Cathedral Caves »

Les « Cathedral Caves » font partie des plus grandes grottes creusées par l’océan dans les falaises. Accessibles à marée basse, il faut payer 5$ par personne pour y descendre (terrain privé). On a un peu hésité mais cela vaut le coût.

Il faut tout d’abord descendre sur la plage via une dense forêt pleines de fougères. Une fois sur le sable, il faut encore marcher environ 5-10 minutes pour arriver aux grottes. On peut difficilement les louper, vu leur taille ! Elles sont très impressionnantes. Certaines communiquent entre elles, d’autres sont fermées au bout, si on ose aller en voir le bout dans la pénombre. Car certaines grottes rétrécissent vraiment en largeur au fur et à mesure, offrant un environnement particulièrement flippant pour les gens claustrophobes… Elise n’était pas du tout à l’aise, surtout qu’elle s’imaginait déjà le scénario catastrophe de se retrouver coincés au fond si un tremblement de terre survenait à ce moment là… Quelle imagination :)

Dans l’une d’elle, alors qu’on approche la fin et qu’il commence à faire noir (on marche d’ailleurs sur des énormes algues qui ressemblent à des alliens, rrrrrrr !…), on entend subitement un cri d’animal très impressionnant (qui ressemble un peu au cri du cochon). Gros flip et petit mouvement de recul en se demandant ce qui se tapit au fond du trou… Jusqu’à ce que 3 jeunes éclatent de rire face à notre réaction. Bravo la blague ! Un nouveau groupe de touriste approche, on décide donc de passer du coté des arrosés à celui des arroseurs. Même stupeur et angoisse dans les yeux des gens, et puis le gars qui imite ce cri est vraiment fort ! !

Julien félicite le touriste (français) pour son imitation, qui répond « c’est pas moi, c’est les pingouins ». Quel farceur… Sauf qu’après quelques pas en direction d’une paroi de la grotte, ce cri revient, et cette fois ci pas d’erreur : c’est pas un con de touriste qui imite le cri du cochon, ça vient bien de quelque chose qui bouge caché dans un recoin de la roche ! ! Il s’agit en fait bien de plusieurs bébés pingouins, nichés dans une fente de la paroi, qui attendent ici que leurs parents reviennent, et qui lancent des cris d’alarme lorsqu’ils sentent les gens s’approcher de trop près ! Terrifiant !

Évidemment il a fallu qu’un débile de touriste allemand (on commence à avoir une dent contre les touristes allemands, un peu trop bruyants entre autre) prenne 5 photos avec flash… Lorsqu’on a rapporté le problème au parking en haut, on nous a dit qu’ils savent que les pingouins sont là, mais espèrent juste que suffisamment de gens passeront à coté sans les remarquer (plutôt que de fermer l’accès à la grotte par exemple). Bref on n’a pas été très convaincu par leurs façon de faire (ils semblent juste là pour toucher le prix du parking).

La « Southern Scenic Road »

La route tout le long est magnifique. Nous en prenons plein les yeux, entre vue sur la mer, vue sur les collines et leurs innombrables moutons, du vert, du bleu, du jaune, c’est splendide sous ce soleil !

The Lost Gipsy Gallery… une rencontre inattendue

Au hasard d’un virage, un peu comme un mirage, apparait ce café/musée insolite. Le propriétaire a rassemblé tout un tas d’objet bizarres et incongrus et leur a donné une nouvelle vie dans un capharnaüm hyper sympa !

Curio Bay et sa forêt fossilisée

A Curio bay se trouve une ancienne forêt subtropicale datant de l’époque Jurassique (180 millions d’années), qui fut fossilisée suite à des pluies importantes qui ont emporté sur leur passage les coulées de boues expulsées par des volcans voisins. Les arbres, couchés par l’eau et emprisonnés dans ces sédiments de silice, se sont transformés en pierre avant de pourrir.

Une partie de cette couche est désormais visible à marée basse. De loin, il est difficile de comprendre ce que l’on regarde, mais lorsque l’on se rapproche, on constate au sol la présence de traces de troncs et de souches. C’est aussi une zone de nidification de pingouins aux yeux jaunes, mais nous n’en avons pas vu un seul !

Cette région regorge vraiment de spots fantastiques ! A Purpoise Bay, il est possible d’aller nager avec des dauphins Hector. Nous en avons effectivement vu dans l’eau, au loin. Mais l’eau est à 12° environ ;) Il faut être patient et rester à une vingtaine de mètres du bord, et si vous avez de la chance ils viennent nager autour de vous.

Slope Point, le point le plus au Sud du Sud

Il s’agit de l’endroit le plus au Sud de l’île du Sud. Un panneau indique les distances à l’Equateur et au Pôle Sud. On n’aura jamais été aussi proches du pôle Sud !

Waipapa Lighthouse

C’est un très joli phare d’où on peut observer des lions de mer ! Nous en avons vu un jouer dans les vagues (bien qu’on ne sache pas s’il s’agissait d’une otarie ou d’un lion de mer) mais il n’avait pas vraiment l’air de venir sur sur la plage. Dommage !

Maintenant, direction la région des fjords ! 😀

2 réactions au sujet de « Le Sud du l’île du Sud : les otaries, les pingouins, les Catlins… »

    1. Bonjour Estelle, Célia et Noah. Les otaries sont encore plus drôles en vrai, mais leurs cris sont parfois impressionnants ! Elles sont très agiles dans l’eau et nagent avec grâce. Merci pour le commentaire et bonjour à toute la classe ! Élise et Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :