Australie côte-Ouest : Kalbarri National Park

Australie côte-Ouest : Kalbarri National Park

Sur la route vers Kalbarri

Après les paysages magnifiques de la Turquoise Coast, un autre Parc National nous attend : celui de Kalbarri. Mais avant d’y arriver, plusieurs endroits nous ont marqué sur la route.

Greenough et ses arbres couchés

En remontant vers le Nord, nous sommes passés par la région de Geraldton et notamment à côté de Greenough. La région est très belle, mais ce qui est frappant ce sont les arbres soumis au vent constant et qui poussent couchés à 90° !

Northampton

Passage rapide par Northampton, qui malgré le fait d’être la ville la plus ancienne de l’Australie de l’Ouest (fondée en 1864 !), n’offre pas grand-chose à voir ou à faire… Il y a bien la « Oakabella homestay », une auberge d’époque soit-disant hantée, mais comme c’était Elise qui était au volant et qu’elle ne voulait pas s’arrêter pour « des tas de ruines », on a continué la route ;) Le fait que Julien lui ait indiqué de s’arrêter APRES être passés devant l’entrée a sans doute conforté Elise dans sa devise : « ne jamais revenir en arrière » !

Pink Lake

Autour de Port Gregory se trouve le Pink Lake (ou Hutt Lagoon). Ce lac hypersalin (plus salé que l’eau de mer) possède une teinte rose créée par la présence d’algues (Dunaliella salina) produisant des caroténoïdes, une source de ß-carotène, qui sert de colorant alimentaire et de source de vitamine A. Selon l’heure de la journée, la saison, la couverture nuageuse et l’âge du capitaine, la couleur du lac varie du rouge au rose chewing-gum en passant par le violet lilas. Le meilleur moment de la journée pour le voir est en milieu de matinée ou au coucher du soleil.

Le Parc National de Kalbarri

400 km au Nord de Cervantes se trouve le Parc National de Kalbarri. D’une superficie de 180 000 hectares (17x la taille de Paris), il permet de faire de belles balades ;) On peut y observer d’impressionnantes gorges, des falaises côtières grandioses, des sentiers pédestres et une faune très riche. Le parc est traversé par la gorge de Murchison River sur près de 80 km. Nature’s Window et Z-Bend sont les sites les plus connus du parc.

Nature’s Window

Z-Bend

La région est aussi réputée pour la diversité de ses fleurs sauvages durant les mois d’hivers, de juillet à octobre. Plus de 1000 espèces de fleurs sauvages du Western Australia éclosent en effet et apportent une vaste palette de couleurs aux vastes plaines de Kalbarri National Park. L’une des plus connues d’entre elles est la « patte-de-chat de Kalbarri » (Kalbarri Catspaw), une petite plante aux fleurs jaunes ou rouges que l’on peut voir pousser sur les terrains fraichement incendiés entre août et septembre.

Plusieurs orchidées peuvent également être aperçues dans et autour du parc seulement, dont l’« orchidée araignée » (la Kalbarri Spider Orchid) et l’« orchidée marteau » (la Murchison Hammer Orchid). Une autre espèce, la Beyeria a été redécouverte dans le parc en 1994 alors qu’on la pensait éteinte. Du côté des arbres, on trouve des Banksias, des River Gums et autres eucalyptus en grand nombre.

NB : n’hésitez pas à cliquer sur les liens pour voir à quoi ces plantes ressemblent. Malheureusement nous n’en avons pas vu donc nous ne pouvions pas faire de photos ;)

Le paysage est magnifique mais la chaleur est très présente, avec des températures excédant souvent les 40 degrés durant l’été. Les panneaux mettent en garde les randonneurs, rappelant les récents décès dus à la chaleur… Du coup nous n’avons pas fait la « petite » boucle de 8 km au sommet des gorges (en plus il était déjà trop tard dans l’après-midi) ;)

Et puis il y a… les mouches. Très collantes, elles n’hésitent pas à se poser sur nos lèvres, à la pliure des yeux, à rentrer dans les narines et nous bourdonner aux oreilles. On devient vite dingue !

« La Kangourou road »

En quittant le Parc National, nous nous mettons en quête d’une aire de « free camping », qui se trouvent forcément à l’extérieur du parc national (ou le camping est réglementé). Il nous faut donc prendre une longue route qui traverse le parc, en fin de journée, afin de rejoindre notre campement.

C’est sur cette route désertique, sans couverture réseau, que nous avons eu nos rencontres les plus « proches » avec des Kangourous ! A deux reprises, ils ont traversé la route juste devant la voiture ! Grosse frayeur à chaque fois, mais plus de peur que de mal, personne n’a été blessé (ni eux, ni nous).

On comprend dès lors mieux la présence de « roo bar » (pare-buffles) sur la plupart des véhicules ici, car les kangourous ne semblent pas très malins, et parfois changent de direction pour quasiment se jeter sous les roues des voitures ! Prudence…

Orage, au désespoir d’Elise…

Juste avant d’arriver à notre campement, nous voyons au loin le ciel s’assombrir dangereusement. Les couleurs sont toutefois magnifiques et nous nous arrêtons même pour faire des photos ! Mais une fois arrivé au campement, on se fait rincer ! Puis plus tard dans la nuit, c’est la grêle qui martèle la carrosserie de la voiture… Impressionnant, et Elise qui « adore » les orages n’en menait pas large ! On aurait dit une petite souris apeurée recroquevillée au milieu du van :)

Et pour le plaisir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.