Gastronomie en Birmanie

Gastronomie en Birmanie

La cuisine birmane est influencée par les cuisines indienne, chinoise et thaïlandaise ainsi que par des ethnies locales.

Cuisine birmane

Le buffet birman

Le repas birman se compose souvent de riz et d’un curry à base de volaille, de mouton, de crevettes ou de poisson, d’un bouillon et de plusieurs petits plats contenant des légumes. Les currys sont préparés avec de l’ail, du gingembre, des oignons, du curcuma, de l’huile et d’une pâte nommée ngapi, très présente dans la cuisine birmane (Il s’agit d’une pâte salée de poisson ou de crevettes qui remplace le sel et qui assaisonne la plupart des mets birmans).

Les shan noddles

Les nouilles de style shan sont des nouilles de blé ou de riz, accompagnées de poulet et de poudre de cacahuètes grillées. Ces soupes de nouilles sont l’un des plats les plus connus du Myanmar. Originaires de l’état shan, à la frontière de la Chine, les nouilles de riz peuvent être soit préparées en salade (dry), soit en soupe.

Du riz et des nouilles

On retrouve aussi beaucoup de plats à base de riz et de nouilles. La plupart des plats sont assaisonnés avec des épices locales, de l’ail, du gingembre et bien sûr des piments ! ! !

Des salades

Au menu également, quelques salades qui sont les bienvenues pour changer des lipides trop nombreux des autres plats : salade d’avocat (avec tomates et oignons), d’aubergines, de tomates, de légumes variés (avec vinaigrette pimentée à la cacahouète) ou encore la phet thoke, une surprenante salade de feuilles de thé à la tomate et aux cacahuètes. Manger du thé était autrefois un usage très répandu en Asie mais seule la Birmanie a conservé cette habitude.

Après le repas, il est courant que l’on nous apporte de petits bonbons plats à base de jaggery (un sucre brut tiré de la sève du palmier, très sucré) ou de tamarin avec l’addition.

Influence des autres cuisines

La cuisine chinoise

Elle est également très répandue en Birmanie et, partout, on retrouve des restaurants servant une longue liste de plats chinois, dont les incontournables nouilles sautées ou khaut swel kyaw (fried noodles) et le riz frit ou htamin kyaw (fried rice), généralement les plats les plus nourrissants et les moins chers pour les backpackers.

La cuisine Thaï

On est désolé pour la Birmanie, mais jusqu’à présent c’est la cuisine Thaï qui remporte nos suffrages ! C’est pour nous la meilleure cuisine goutée en Asie du Sud-Est. C’est très plaisant quand des plats thaïs se glissent dans les menus de restos birmans, surtout dans le Sud, notamment les soupes, les Pads Thaï et les curry verts.

Cuisine Indienne

Les restos indiens ne sont pas en reste non plus, surtout dans les villes où subsiste une importante communauté indienne comme à Yangon ou Kalaw (près du lac Inle).

L’influence internationale

Enfin, la cuisine internationale (italienne, nord-américaine et même française) est présente à Yangon et dans les régions touristiques, toujours à des prix plus élevés que les plats birmans ou chinois, et de qualité variable.

Les boissons

Le thé

C’est la boisson nationale, comme un peu partout en Asie. Le thé servi est souvent du thé vert chinois (appelé aussi chinese tea ou encore yé nwé gyan) qui se boit non sucré. Un thermos de ce thé est posé d’office sur presque toutes les tables des bars et gargotes du pays.

Le thé birman est un thé noir mélangé avec du lait concentré et du sucre. L’eau est bouillie jusqu’au moment du service et le lait est concentré, donc pas de risques gastriques. Le matin, les Birmans trempent un beignet dans la tasse, ce qui fait déborder le thé dans la sous-tasse. Le thé refroidi est alors intentionnellement bu, à même la soucoupe. Également très apprécié, le thé vert, en provenance du Yunnan en Chine, est une boisson couramment consommée par la population locale et qui se trouve souvent sur les tables des restaurants.

Le café

Dans les petits restos et épiceries, on trouve assez facilement du café au lait sucré en poudre appelé « 3 in 1 » ou Coffeemix, buvable sans plus. Nous n’avons jamais eu de vrai expresso (Julien est en manque).

L’alcool

Les bières locales sont conditionnées en canettes ou, plus souvent, en bouteilles de 640 ml. On aime bien la Myanmar Beer, très courante, et surtout la Mandalay, un peu plus rare mais qui possède plus de caractère et se décline en rouge (forte, la meilleure) ou en bleu (plus légère). Sinon, il y a la singapourienne Tiger, sans oublier la Dagon et la Skol , deux bières à la pression servies dans certains bars locaux. Dans de rares endroits, on peut aussi déguster l’ABC Stout, une brune qui rappelle la Guinness.

Surprise, on trouve aussi du vin birman : Aythaya, lancé par un Allemand près du lac Inle, ainsi qu’une production plutôt honorable d’un viticulteur français (Red Moutain), également installé sur les coteaux du lac. Goûtez aussi, dans la région, le vin de pomme et de miel (kanbawza honey wine), de prune ou même d’orange, à boire bien frais en apéritif. Vous trouverez également du vin dans la région de Pyin U Lwin, assez peu convaincant, il faut le dire.

Côté alcools forts, la Birmanie produit des rhums assez moyens, des whiskies et des gins, tous très bon marché mais pas formidables pour l’estomac…, ni pour le palais… nous a t-on dit !

Les jus de fruits : on trouve assez facilement de bons et pas chers jus de fruits frais, d’orange, de mangue, de pastèque.

Quelques autres photos, pour la plaisir

2 réactions au sujet de « Gastronomie en Birmanie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :