Australie côte-Ouest : le Karijini National Park

Australie côte-Ouest : le Karijini National Park

Le Karijini National Park est considéré comme le véritable joyau du Pilbara, cette gigantesque région du Nord-Ouest de l’Australie (d’une superficie équivalente à la France, elle compte 40 000 habitants…). Il est réputé pour ses gorges, ses cascades et ses gouffres situés dans sa partie Nord du parc. Depuis la route, rien ne semble indiquer qu’un gigantesque canyon crevasse le désert australien. Et pourtant… le paysage autour est magnifique. De la terre rouge, des petites montagnes variant entre le vert et le jaune, le contraste est vraiment beau.

La plupart des sites sont accessibles par routes goudronnées mais d’autres via des pistes qui peuvent être en mauvais état, comme Hancock Gorge ou Kalimina Gorge.

Nous y étions durant la période creuse, quand il fait le plus chaud (nous avons eu jusque 42° !) et que les gorges sont asséchées ou ont peu d’eau. Le loueur de voiture nous avait dit que le parc serait rempli en cette période de grande vacances en Australie, mais c’était tout l’inverse ! Et tant mieux dans un sens :) Les rangers ont également déserté le parc et les douches du visitor center sont fermées. Bref, nous sommes bien seuls…

Enfin, pas si seuls… Car à Karijini nous avons retrouvé nos chères amies… les mouches ! Il y en a partout et bien collantes ! Elles nous font devenir dingues. Nous essayons toutes les parades : serviettes sur la tête, battage des bras, lunettes de soleil et capuche… Mais rien n’y fait ! Elles arrivent à rentrer dans nos yeux, nos oreilles et nos narines. Crise de nerf assurée ! Le seul répit : à la nuit tombée !

Ici, il y a plusieurs « bushwalk » à faire (terme australien désignant les marches/randonnées). Elles sont classés de 1 à 6 selon la difficulté. La classe 1 correspondant à un domaine praticable pour les personnes à mobilité réduite, la classe 6, elle nécessite un permit délivrés par les rangers ainsi que du matériel comme des casques ou des cordes de rappel.

Voici quelques photos des sites que nous avons visité.

Joffre falls et Knok Gorge

Nous commençons par aller voir deux points de vue excentrés que sont Joffre Falls (et sa cascade asséchée), puis Knox Gorge. Ces deux sites sont accessibles par la route goudronnée, mais on finit tout de même avec 7 km de piste.

Ces deux points de vue magnifiques en disent long sur la grandeur des gorges de Karijini. Petite déception pour Joffre Falls dont la cascade était asséchée. Chaque site propose de belles randonnées que nous ne ferons pas, compte tenu de la chaleur. De plus, le parc est immense et faire toutes les gorges et toutes les randonnées sur 3 jours était infaisable !

Oxer Lookout & Junction Pool

Ce splendide point de vue vaut le détour : il permet de surplomber la jonction entre 4 des gorges du parc ! En bas d’immenses gouffres, une piscine naturelle (Junction pool), qui selon la saison peut être pratiquement vide.

Weano Gorge et Handrail Pool

Ces deux sites, de classe 4 et 5, font partie des plus fréquentés.

Weano Gorge, qu’il est possible d’explorer par plusieurs chemins, propose une petite rando menant à une piscine naturelle : Handrail Pool. A la saison des pluies, les passages étroits impliquent de se mouiller les pieds dans plusieurs petites piscines. A cette période de l’année, le chemin est sec !

Arrivés à un passage très étroit, on arrive à l’entrée de Handrail Pool : une petite cascade qui tombe quelques mètres plus bas dans la fameuse piscine. Une rampe en métal permet de descendre sans glisser mais le passage est toutefois un peu dangereux. En saison de pluie il faut faire très attention car le sol est extrêmement glissant et le niveau de l’eau bien plus haut. Lors de notre passage, la rampe en métal était brulante ! Première baignade, rafraichissante mais pas trop. Elise a pu y rentrer sans problème !

Hancock Gorge et Kermits Pool

Hancock Gorge propose une randonnée atypique et technique. Après une descente d’échelle assez raide, on accède au lit de la rivière avec certains passages larges et « pieds au sec ». D’autres sont étroits, voire acrobatiques comme le fameux spider walk qui implique un peu d’escalade à travers des zones d’eau pour passer… Arrivé dans un magnifique bassin, la Kermits Pool, on peut se refroidir un peu dans l’eau ou à l’ombre des parois sculptées. Pendant la saison des pluies, il parait que l’on peut même nagez directement sans avoir à escalader, tellement l’eau a monté entre les gorges. Mais pour nous, nous pouvions clairement marcher presque partout !

La Kermits Pool est entourée et quasiment recouverte de roche grise et rouge, un spectacle superbe ! L’eau qui est normalement assez froide est tout à fait bonne et appréciable sous cette température !

Fortescue Falls et Fern Pool

Une courte marche de classe 3 amène relit les principaux points d’intérêt de Dales Gorge. La première partie est assez simple et amène à un gigantesque amphithéatre de pierre animé par une belle cascade, les Fortrescue Falls.

En continuant à peine 10 minutes à pied, on trouve Fern Pool. Cette piscine naturelle avec ses petites cascades est entourée d’une végétation épaisse et est un véritable appel à la détente. Et si on lève un peu la tête on peut voir des dizaines de chauve-souris (attention aux déjections !)

Il semblerait que cet endroit soit initialement un lieu de culte aborigène. Il est donc primordial de faire régner un calme plat. Interdiction également de plonger. L’endroit doit rester silencieux. Mais quand nous y sommes allés, ces directives n’étaient pas vraiment respectées !

Enfin, en descendant dans la gorge, on peut randonner jusqu’à la Circular Pool.

Dales Gorge et Circular Pool

Il est possible de faire une balade dans la Dales Gorge depuis les Fortescue Falls juste la Circular Pool. La traversée dans les gorges est splendide, on traverse des rivières, des petites chutes d’eau, les paysages sont toujours aussi magiques.

Nous tapons des pieds pour faire fuir les éventuels serpents…

Après une heure de marche, nous arrivons à la fameuse Circular Pool. C’est encore une fois, un endroit très joli mais qui doit être encore plus spectaculaire quand il y a plus d’eau ! La gorge forme un arc de cercle de plus de 100 mètres de haut, on se sent tout petit.

Briser la glace à Hamersley Gorge

Nous ne devions pas aller voir cet gorge car la route pour y accéder est de la gravel road sur environ 50km donc pas super avec notre « 2 Wheel drive ». Mais plusieurs personnes nous ont indiqué que la route n’était pas si terrible, voire même plutôt « belle ». Nous nous sommes donc lancés ! Cette gorge est en effet est réputée pour ses couleurs et ses formes ondulées, uniques dans le parc. Nous voulions voir cela.

Première hésitation : 30 km de gravel road pourrie avant de rejoindre la « bonne » route. Ce ne fut pas une partie de plaisir, notamment avec quelques « corrugations » bien senties. Sortis de cette route, nous embranchons sur la « bonne » route, qui est effectivement assez roulante, de l’ordre de 70/80 km/h.

Sauf qu’au bout de 10km, alors que l’on croise un 4×4 passe dans le sens inverse, notre vitre arrière éclate littéralement ! Complètement surpris et abasourdis, on s’arrête en warning sur le coté de la route pour constater les dégâts… La vitre a volé en mille moreaux, dont une bonne partie tombé à l’intérieur de la voiture :(

Alors qu’on commence à se demander comment faire, une autre voiture s’arrête pour voir si nous avons besoin d’aide. Heureusement car il n’y a pas beaucoup de passage sur cette route… Le gars, très sympa, nous aide a faire une réparation de fortune avec des sacs poubelle et du duct tape…

Un peu échaudés par l’expérience, on décide de rebrousser chemin vers la ville la plus proche, Tom Price, à 60km de là. Heureusement que nous avons bouché la fenêtre sinon l’intérieur de la voiture aurait été rouge de poussière !

Il faut désormais contacter le loueur, mais bien sur on est samedi, et c’est fermé ! Nous appelons la « road side assistance », mais pour eux notre cas ne nécessite pas d’intervention donc il nous faudra patienter jusqu’au lundi. Notre contrat d’assurance nous obligea toutefois à faire une déclaration d’accident auprès de la police, ce que nous faisons (via internet, car la seule patrouille de la ville n’est pas joignable sur le portable !).

Comme nous ne voulions pas rester dans le Nord a attendre une réponse du loueur sur la démarche à suivre et les réparations à effectuer, nous avons décidé de reprendre la route. Nous avons ainsi roulé 300 km jusqu’à une ville où nous avons pu avoir une réparation de fortune plus solide, afin de finir la route jusque Perth, 1000km plus loin.

Bref, une tuile que l’on aurait bien aimé s’éviter :) Pas de soucis sur la route si ce n’est lors d’un contrôle d’alcoolémie, le policier a commencé à nous poser quelques questions sur notre vitre cassée, on a eu peur de pas pouvoir continuer ! !

En conclusion…

Globalement, nous avons trouvé le parc très beau, mais il faut clairement venir à une autre période de l’année, où il fait moins chaud, où il y a moins de mouches et où il y a plus d’eau dans les gorges pour rendre le spectacle encore plus « gorgious » :p

 

2 réactions au sujet de « Australie côte-Ouest : le Karijini National Park »

  1. J’ai adoré. En cette saison, avec la reprise du boulot, vous ne pouvez pas imaginer comment ça fait du bien de voir ces paysages magnifiques sous le soleil et de vous voir bronzes et heureux.
    Bzzzzz ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.