Australie côte-Est : sur les immenses plages entre Yeppoon et Agnes Water

Australie côte-Est : sur les immenses plages entre Yeppoon et Agnes Water

Yeppoon

Après cette bouffée d’air frais en forêt, retour vers la côte ! Sur la route, nous voyons des panneaux de vente de fruits et légumes locaux ! Chouette, on décide de s’arrêter. Mais en arrivant, on se rend compte que c’est un self-service et que les gens doivent mettre la monnaie dans une boite en fer rouge ! Incroyable la confiance qui est accordée ici !

En chemin, nous nous sommes arrêtés à Mackay pour une pause déjeuner bien méritée où nous avons profité des barbecues disponibles sur sa promenade. Puis nous sommes allés aux Capricorn Caves, non loin de Rockhampton.

En Australie, tout ou presque est prévu pour le camping ! Même dans des petits villages, il est très fréquent de trouver une aire de pique-nique avec tables, toilettes publiques, parfois BBQ électriques, points d’eau, etc. C’est tellement agréable ! Et la plupart de ces installations sont bien entretenues, parfois même par des volontaires. On a aussi l’impression que les usagers respectent plus ces structures, serait-ce aussi le cas en France ? Cette approche est sans doute fortement influencée par le climat (on trouve aussi beaucoup de piscines à ciel ouvert). Quelle belle initiative !

Les plages d’Australie sont énormes et Yeppoon et Emu Park ne font pas exception ! Difficile de ne pas être subjugué par cette beauté naturelle lorsqu’on se promène, seuls, sur ces immenses plages…

Yeppoon est le point de départ pour aller sur les Iles Keppel (balades, snorkeling) mais nous avons du y renoncer faute de temps et de budget. Par ailleurs, cette ville est réputée pour ses cultures de fruit tropicaux (mangue, ananas, lychee).

Emu Park

Nous avons continué la route côtière vers Emu Park et y avons élu domicile pour la nuit. En effet, malgré l’aide utile de notre application « wikicamps », pas de « free camping » à l’horizon. On décide donc de nous « reposer » le temps d’une nuit dans un parc. Pas de rangers en vue le matin, c’est tout bon !

Il faut savoir qu’il existe de nombreuses aires de pique-nique, barbecue, etc, qui sont qualifiées de « day use » (usage à la journée), contrairement aux aires de « free camping » qui ne permettent pas de camper. Sauf qu’il existe une marge d’interprétation… En effet, certains panneaux sont très clairs (« no overnight stay in vehicules », ou encore une icône de camping-car barré en rouge), mais d’autres indiquent seulement « no camping » ou seulement une icône de tente barrée en rouge. Il est donc possible d’interpréter ces signes par « interdiction d’ériger une tente » mais PAS « interdiction de dormir dans un véhicule »… Héhé subtile ! De plus, certaines aires de repos permettent de se reposer (« resting ») durant 20 heures… Du coup il est parfois tentant de rester dans ces zones, mais quand même avec le risque d’expliquer au ranger à 6h du mat qu’on ne fait que du « resting » et pas du « camping »…

Réveil avec le soleil à 5h30 et déjà les joggeurs sont de sortie ! De la même façon, en entend de l’activité à la piscine municipale tout proche. Et oui, ici, comme il fait jour tôt mais aussi nuit tôt, les jeunes vont faire leur activité sportive avant d’aller à l’école ! Pas bête, au moins ils doivent être bien réveillés et éveillés pour mieux apprendre !

Douche froide avec les hirondelles locales dans les équipements du parc, puis petite promenade matinale vers le « Singing Ship Monument », érigé en mémoire du premier voyage du Capitaine Cook en Australie. Après quelques photos sur la jetée, on remet les voiles vers Agnès Water et la ville qui s’appelle « 1770 » !

1770 Town

La ville de 1770 ou Seventeen Seventy tient son nom de l’année de sa découverte. C’est une petite ville toute mignonne et toute tranquille où il est possible de faire du « paddle board » (debout sur une grosse planche de surf avec une longue pagaie) et autres activités nautiques sur ses calmes méandres. Nous nous sommes promenés le long de la cote pour arriver en haut de falaises donnant sur la mer. Magnifique.

Agnes Water

Agnes Water est juste à côté de 1770. Julien a profité de la baignade surveillée pour se rafraichir dans l’océan pacifique. Ici, normalement, pas de requin ni de méduse, mais l’eau n’est pas aussi turquoise qu’espéré à cause du vent. Qu’à cela ne tienne, Julien a bien profité des vagues pendant que Elise a lézardé sur la plage.

Vient alors le moment où on se demande où on va dormir… Pour la douche, pas de souci, des douches (froides) sont généralement disponibles juste à coté des plages. Mais des panneaux interdisant de camper se trouvent un peu partout.

Nous voilà donc à la recherche d’un lieu sur l’application Wikicamps où l’on peut rester légalement gratuitement pour la nuit, sans risque de se faire réveiller par les rangers au petit matin et d’avoir une amende ! On finit par en trouver un, à l’entrée d’un parc national en quittant Agnès Water. Idéal, à première vue, et en plus il n’y a personne ! On s’installe donc et on commence a préparer à manger avant que le soleil ne soit couché.

Mais c’est alors que les moustiques nous attaquent par dizaines ! On range donc tout vite-fait et on s’enferme dans la voiture. Là commence une bataille terrible et toute la nuit aura été un cauchemar. On a du en écraser une vingtaine… A 4h30 avec les premières lueurs du jour, les cernes jusqu’aux lèvres, nous décidons de vite partir de là. Les yeux encore endormis, nous nous sommes donc réfugié à l’entrée d’une station essence (encore fermée à cette heure-ci) à 30 minutes de route. Petit déjeuner bien matinal et on reprend la route vers Bundaberg. Au moins, on y sera tôt ! Et effectivement, a 7h30, soit 2h plus tard, nous étions arrivés :)

Une réaction au sujet de « Australie côte-Est : sur les immenses plages entre Yeppoon et Agnes Water »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page